Accueil > Les faits politiques à l'épreuve des sciences humaines

IFCO 2235 - Les faits politiques à l'épreuve des sciences humaines

Type d'enseignement : Cours magistral seul

Semestre : Printemps 2016-2017

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

Aucun

Descriptif du cours

Ce cours vise à situer la discipline « science politique » dans le paysage global des sciences humaines et sociales. En effet, la science politique occupe une position bien particulière, à la croisée de nombreuses disciplines (sociologie, philosophie, droit, histoire, anthropologie, économie…). Elle se définit en effet avant tout par son objet, qui est l'étude du gouvernement des sociétés, au sens large. L'objet du cours sera donc double. Tout d'abord, comprendre comment la discipline science politique s'est historiquement structurée, selon une double filiation : la tradition de la philosophie politique depuis l'Antiquité, et le développement des sciences de la société (sociologie, droit) lors de la deuxième moitié du 19ème siècle. Mais il s'agira aussi d'analyser la façon dont la science politique, en tant que discipline charnière se saisit de différents faits politiques à la lumière de l'apport des sciences humaines. Le cours vise donc à proposer un éclairage pluridisciplinaire (mais ne nécessitant pas de prérequis spécifique) sur cette discipline essentielle à la compréhension des sociétés.

Enseignants

  • MILLOU, Vincent (Doctorant)
  • MOUCHARD, Daniel (Professeur des Universités)

Format pédagogique

Cours magistral seul

Mode de validation

Un travail écrit (5p. maximum) à rendre en milieu de semestre (1/3 de la note) : commentaire d'un texte parmi une sélection qui sera présentée en début de cours Un examen écrit de 4 heures sur table en fin de semestre (2/3 de la note)

Lectures principales demandées

Jean-Yves DORMAGEN, Daniel MOUCHARD, Introduction à la sociologie politique, De Boeck, coll. « Ouvertures politiques », 2010 (3ème ed.)

Plans de cours et bibliographies

Séance 1 : Introduction

  • A.    Objectifs du cours
  • B.    Une définition préalable de la science politique
  • C.    Une discipline à la croisée des savoirs

Séance 2 : L’héritage de la philosophie politique classique

  • A.    La tension entre savoir positif et savoir normatif.
  • B.    Régimes et agencements politiques : un parcours dans l’histoire de la pensée (Aristote, Machiavel, Montesquieu, Kant)

Séance 3 : La « naissance » de la science politique positive

  • A.    Les conditions d’apparition des sciences sociales au XIXème siècle
  • B.    Les apports de la sociologie : Tocqueville, Durkheim, Marx, Weber
  • C.    L’émergence de la science politique comme science de gouvernement

Séance 4 : Des travaux fondateurs

  • A. Siegfried et le Tableau politique de la France de l’Ouest 
  • B. Michels et Les partis politiques

Séance 5 : La révolution behaviouriste

  • A. Un  nouveau paradigme : le règne du quantitatif
  • B. La science des comportements de masse : votes et sondages
  • C. Les déclinaisons du paradigme dans la science politique française

Séance 6 : L’offensive de l’homo economicus

  • A. Du libéralisme classique à l’épistémologie néo libérale
  • B. Une analyse économique des comportements politiques : « électeur consommateur » et « passager clandestin »

Séance 7 : Holisme et individualisme : une opposition structurante ?

  • A. Position du problème
  • B. Une opposition à relativiser
  • C. L’exemple de l’analyse du vote et des mobilisations

Séance 8 : Quel acteur social pour quelles compétences politiques ?

  • A. La tradition d’analyse d’un acteur fortement socialisé et faiblement critique
  • B. Nouvelles approches : la sociologie pragmatique, les approches cognitives
  • C. la question de la compétence politique : du paradigme minimaliste à une vision élargie. La démocratie délibérative.

Séance 9 : L’Etat comme objet de science politique 

  • A. L’Etat comme réalité socio-historique
  • B. La logique des monopoles : guerre, impôt et capital symbolique

Séance 10 : L’analyse de la décision publique : du positivisme au constructivisme

  • A. Le modèle classique de la décision : l’approche séquentielle et ses limites
  • B. Gouvernementalité, mise sur agenda et construction des problèmes publics

Séance 11 : Le « retour » de la philosophie politique

  • A. Le contexte historique
  • B. Pensées de l’accord et pensées du dissensus

Séance 12 : Conclusion : une discipline charnière.