Accueil > Obéir, désobéir. Qu'est-ce qu'être responsable ?

IFCO 2250 - Obéir, désobéir. Qu'est-ce qu'être responsable ?

Type d'enseignement : Cours magistral seul

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

Capacités de problématisation, réflexion critique, élaboration d'une argumentation. Construction de concepts, découpages notionnels. Curiosité théorique, audace intellectuelle.

Descriptif du cours

Le problème de la responsabilité est de plus en plus crucial, dans un monde marqué par l'imminence des catastrophes, les avancées technologiques, l'individualisme croissant et l'apparition de nouvelles formes de violence. Le cours proposera d'étudier quatre foyers de sens de la responsabilité : la responsabilité comme dette sociale ; la responsabilité comme fardeau moral ; la responsabilité comme décision politique ; la responsabilité comme promesse éthique. Nous tenterons aussi de donner sens à l'idée de responsabilité historique et / ou collective : sommes-nous comme sujets politiques responsables de notre histoire nationale et / ou de l'état actuel du monde ?

Enseignants

  • ASSENNATO, Marco (Consultant)
  • BALLANGÉ, Aliénor (ATER à mi-temps à Sciences Po)
  • GROS, Frédéric (Professeur des Universités à Sciences Po)

Format pédagogique

Cours magistral appuyé par un powerpoint exposant les principales articulations de la leçon et les citations d'auteur essentielles. Le cours demeure ouvert aux questionnements des étudiants, regroupés en fins de séances.

Mode de validation

La validation s'effectuera en deux temps. Un premier travail sera demandé à mi-parcours sous la forme d'une analyse de citation, consistant en une réflexion critique reprenant une dimension de la responsabilité (4000 signes). Le second travail consistera en un devoir sur table de trois heures, consistant en un essai plus libre sous forme de réponse à une question portant sur un aspect du cours. La pondération appliquée sera de 1/3 pour le travail à mi-parcours, 2/3 pour le travail final.

Charge de travail

Lecture anticipée des textes proposées à la réflexion (proposés une semaine avant).

Lectures principales demandées

  • F. Nietzsche, La généalogie de la morale
  • M. Weber, Le savant et le politique
  • E. Lévinas, Ethique et infini
  • F. Ewald, L'Etat-providence
  • H. Jonas, Le principe responsabilité

Plans de cours et bibliographies

  • Séance 1 : La responsabilité sociale comme dette : la dette fondamentale (exemple : le sacrifice védique ; les logiques de transmission) et la dette limitée aux rencontres (exemple : la responsabilité civile ; la déliaison de l’individu moderne)
  • Séance 2 : La responsabilité sociale comme dette (2) : la dette mutualisée (les premières lois sur les accidents du travail et le système assurantiel ; naissance de la sociologie : les régularités statistiques) et la dette impossible (le principe de précaution, ses espérances et ses apories)
  • Séance 3 : La responsabilité morale comme fardeau indélégable : la responsabilité exhaustive (le tribunal des morts : répondre devant une instance qui surplombe) et la responsabilité absolue (la règle d’or du stoïcisme : ce qui dépend de moi, ce qui n’en dépend pas)
  • Séance 4 : La responsabilité morale comme fardeau indélégable (2) : la responsabilité infinie (Lévinas : la responsabilité « pour autrui » et le visage) et la responsabilité globale (Sartre : la complicité des neutres).
  • Séance 5 : Figures de la déresponsabilité morale : la mauvaise foi (ce n’est jamais ma faute) et la bonne conscience (un autre le fera / l’aurait fait à ma place). L’obéissance déresponsabilisante.
  • Séance 6 : La responsabiité politique comme décision : un monde marqué par la contingence et la pluralité (Aristote et la prudence).
  • Séance 7 : La responsabilité politique comme décision (2) : prendre des initiatives (Arendt et la condition de natalité) et accepter le conflit (Hegel et la critique de la belle âme)
  • Séance 8 : La responsabilité politique comme décision (3) : faire des compromis (éthique de la conviction et éthique de la responsabilité chez Weber) et se résoudre aux manœuvres (la virtu de Machiavel)
  • Séance 9 : La responsabilité politique comme décision (4) : figures de l’irresponsabilité politique (les atermoiements, l’éclectisme, la procrastination)
  • Séance 10 : La responsabilité éthique comme promesse : la stipulatio romaine (le récit étymologique) et le défi nietzschéen (« l’homme est un animal capable de promesses »).
  • Séance 11 : La responsabilité historique et collective : le poids du passé des Nations.
  • Séance 12 : Récapitulatif et ouvertures.