Accueil > L’écriture du réel : partir du réel pour aller vers l’imaginaire

BART 15F21 - L'écriture du réel : partir du réel pour aller vers l'imaginaire

Type d'enseignement : Atelier

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Goût pour la littérature du réel, qu'elle soit historique ou sociale.

Descriptif du cours

La littérature part souvent de l'imaginaire pour arriver au réel. Par construction tout est vrai dans la littérature. L'œuvre d'art, lorsqu'elle est aboutie, est « plus vraie que nature ». Pourtant l'écriture peut aussi choisir de s'affranchir de l'imagination et préférer se concentrer sur la réalité pour en donner un éclairage particulier. Cette dialectique de la vérité et de la fiction nourrit abondamment essais et théories littéraires. Cette frontière est pourtant largement artificielle : au sein d'une même œuvre alternent souvent des moments de bravoure fictionnel et des descriptions réalistes. Mais en allant plus loin encore on peut dire la littérature crée du réel autant qu'elle s'en inspire. Quand bien même elle serait totalement fictionnelle, elle dit quelque chose du monde et s'appuie sur des effets de réel, elle construit son propre univers, elle donne une dimension universelle à ce qui ne serait sinon qu'anecdotique. Elle crée un espace de rencontre et de partage du monde sensible, selon les termes de Jacques Rancière. Mais de la même manière, lorsqu'elle s'inspire de faits réels, historiques ou documentaires, la littérature les transcende en leur insufflant la force de la réalité augmentée de poésie. Cela donne une puissance toute particulière à ces textes qui ne se limitent pas à ceux de l'école dite réaliste ou naturaliste. Et c'est par la force du style, par l'intelligence de la forme, que peuvent se distinguer les textes littéraires qui nous disent quelque chose du monde. Nous partirons de l'analyse de textes qui utilisent le réel comme matériau pour analyser les objectifs divers qu'ils peuvent se fixer : documentaire, historique, pamphlétaire, argumentatif, politique. Ils seront une source d'inspiration et d'exercices pour écrire des textes personnels, de forme libre, dont l'objet sera de peindre une réalité sociale ou historique en utilisant les ressorts de la narration romanesque. Nous verrons qu'il y a dans l'écriture du réel un souci de considération de l'objet (au sens de regarder et de respecter) qui en fait toute la valeur. L'esthétique devient alors une véritable éthique. Comme l'a écrit Francis Ponge « les choses ont des droits », notamment le droit d'être « considérées ». Nous aboutirons à un vade-mecum de l'écriture du réel : il faut une éthique pour écrire à hauteur de réel.

Enseignants

FILIPPETTI, Aurélie (Professeure agrégée)

Mode de validation

Le travail de l'année consistera en l'écriture d'un texte de forme romanesque ou d'une nouvelle consacrée à la pauvreté à partir d'un ou de plusieurs personnages réels.

Lectures principales demandées

Au cours du semestre devront être lusL'Etabli de Robert Linhardt, Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus de Ivan Jablonka, Pierre Michon, Vies minuscules et Jacques Rancière, Court voyage au pays du Peuple.