Accueil > L'histoire au cinéma, une mise en mémoire des temps passés ?

BDBA 4625 - L'histoire au cinéma, une mise en mémoire des temps passés ?

Type d'enseignement : Atelier

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Niveau 4/C1 en français obligatoire pour les étudiants internationaux.

Descriptif du cours

Par sa performance technique et par essence, le cinéma capture du temps. Quel que soit ce qu'un film tend à représenter, il demeure toujours, en creux, la réalité d'un présent qui devient passé à l'instant. Le cinéma est rapidement apparu comme le moyen d'enregistrer le présent, de le mémoriser. Très vite, le cinéma est devenu, pour les auteurs en tout genre, une sorte de « laboratoire des temps », un lieu pour expérimenter, pour lier et pour rapprocher ou opposer les temps entre eux. Cependant, dès les débuts du cinéma, on a pris conscience de sa potentialité mémorielle : mémoriser le présent mais aussi laisser une trace pour les générations à venir. Le documentaire est apparu comme un moyen de « mémoriser » le monde et les hommes. Ce cours a pour ambition de s'interroger sur la notion de mise en mémoire dans le documentaire. Comment le documentaire agit-il comme « lieux de Mémoire » des hommes, de leurs vies, de leurs voix, de leurs histoires ? À travers l'apprentissage et l'analyse des différentes étapes de création d'un film, de l'écriture au montage, nous réfléchirons à la manière dont la Mémoire est abordée dans les films documentaires à partir de plusieurs exemples qui tenteront d'épouser l'histoire du cinéma. Il s'agira de réaliser un documentaire, au fil des séances, sur le thème de la mémoire (d'un homme, d'un lieu, d'un groupe de personnes etc.). Le cours permettra de s'approprier les différents outils techniques et d'analyses des films pour bien comprendre les enjeux d'un témoignage, de son écriture, de sa mise en scène et de son intégration (par le montage) dans un récit filmique utilisant des images d'archives. Ainsi la réalisation permettra, en somme, de s'interroger plus largement sur la place de l'histoire au cinéma et sur la manière dont la mise en mémoire, par le documentaire, permet d'écrire une certaine histoire.

Enseignants

GENOUDET, Adrien (Documentariste et doctorant)

Mode de validation

Deux types d'évaluations lors des 12 séances. Un premier ensemble regroupe les critères suivants : participation orale de l'étudiant lors des séances ;exercices pratiques ; proposition, recherche, dynamisme pendant la réalisation du projet individuel ou collectif ; rendu de la note d'intention. Un deuxième ensemble (deux notes) : projet de réalisation (l'ensemble est évalué : écriture, tournage, montage, produit final, discours de l'étudiant sur son propre travail) ; un commentaire personnel écrit d'un film ou d'une séquence de film au choix ou présent dans la filmographie. Le commentaire devra être axé sur les questions des rapports entre documentaire et mise en mémoire.

Charge de travail

Array

Lectures principales demandées

  • Antoine DE BAECQUE et Christian DELAGE (dir.), De l'histoire au cinéma, Paris, Ed. Complexe, 2008
  • Christian DELAGE et Vincent GUIGUENO, L'historien et le film, Paris, Gallimard, 2004
  • Antoine DE BAECQUE, L'histoire-caméra, Paris, Gallimard, 2008

Lectures complémentaires demandées

  • Catherien COQUIO, Le mal de vérité ou l'utopie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2015.
  • François HARTOG, Régimes d'historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Editions du Seuil, 2003