Accueil > Conférence de lecture de Déborah LAKS

BHUM 15F06 - Conférence de lecture - Déborah LAKS

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

Ce cours a pour but d'aborder les problématiques féministes dans le champ spécifique de l'histoire de l'art. Dans la production artistique, les années 1970 voient, aux États-Unis et en France, émerger une tendance importante à l'expression et à l'analyse de la condition féminine. De nombreuses œuvres témoignent alors d'une identité construite dans la lutte et le face à face, souvent violent, avec un monde de l'art principalement masculin. L'histoire de l'art comme discipline a elle aussi été visée par ce processus de redéfinition des normes acquises. La violence qui sera ici étudiée est donc plurielle. D'une part, la violence subie par les artistes femmes, dans leur corps, dans l'imposition réductrice d'un angle de lecture à leurs œuvres, dans leur difficulté à exposer. Le statut d'artiste est acquis de haute lutte pour les femmes : quitter l'inactivité des muses, des modèles ou des auxiliaires est l'objet de batailles violentes menées dans les œuvres, au sein de l'institution et de l'histoire de l'art. D'autre part, la violence devient une arme pour certaines artistes, qui pratiquent la provocation, attaquent et déstabilisent les spectateurs, faisant voler en éclats les normes et les topoï. Nous nous intéresserons donc à l'histoire d'une lutte pour une reconnaissance et pour une égalité de représentation, de lecture des œuvres et de leurs créatrices. Il s'agit aussi de comprendre comment l'histoire de l'art comme discipline a pu en elle-même véhiculer ces normes et contenir l'expression des artistes femmes aux marges de la scène artistique. La révolution des approches théoriques, du regard et de l'analyse des contextes conduit aujourd'hui à un renouvèlement en profondeur de la discipline. Plus que la seule réévaluation de trajectoires, de carrières, d'œuvres, il s'agit en effet de redessiner les cadres dans lesquels l'histoire de l'art se pratique. Le féminisme en histoire de l'art est la mise en lumière d'une violence inhérente au statut de la femme artiste, nous en étudierons différentes facettes. Compétences visées : - Apprendre à conduire une analyse plastique - Croiser les sources visuelles et textuelles - Placer les œuvres, les pensées, les démarches dans leur contexte intellectuel, historique, politique et social

Enseignants

LAKS, Déborah (Chargée de recherche)

Mode de validation

Selon la charte de l'enseignement, l'évaluation du travail des étudiants comporte une note de contrôle continu (1/2 de la note finale) attribuée par le maître de conférences et une note d'examen, assise sur le cours magistral (1/2 de la note finale). L'évaluation est effectuée en contrôle continu et consiste en trois exercices répartis sur l'année : - un travail individuel en temps limité (1h30) : analyse d'une œuvre - une lecture croisée s'appuyant sur différents supports étudiés pendant l'année : réflexion organisée confrontant plusieurs supports abordés en cours - une note d'oral correspondant à la gestion d'une séance et à l'ensemble de la participation au cours. Il sera demandé à chaque étudiant.e, seul ou en groupe, de présenter une œuvre et de gérer une partie des dialogues de la séance qui lui sera consacrée. La préparation de cette séance comprend pour les étudiant.e.s en charge la constitution d'un corpus d'œuvres et ou de textes de référence dans un powerpoint, permettant au groupe approfondir l'analyse des documents proposés par l'enseignante. Chaque séance comprendra - une part d'analyse du support choisi par l'enseignante, qui sera conduite par l'étudiant.e en charge de la séance - un échange au sein du groupe, qui prendra appui à la fois sur la lecture préalable des œuvres et sur des recherches complémentaires faites par chacun.e. - un complément contextuel et théorique de la part de l'enseignante