Accueil > Conférence de lecture de Perrine SIMON-NAHUM

BHUM 15F14 - Conférence de lecture - Perrine SIMON-NAHUM

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

La conférence de lecture qui accompagne le cours d'humanités politiques a pour but de proposer aux étudiants d'aborder des textes classiques ou des œuvres plus contemporaines à partir de supports variés (textes, peinture, cinéma) dans une double perspective : d'explication et de compréhension. L'objectif recherché est de permettre à l'étudiant de se constituer à la fois une grille de lecture grâce à des outils qui lui seront communiqués en conférence mais également, à partir des travaux effectués en commun ou individuellement, une culture personnelle. Il s'agit dans un premier temps d'apprendre à « lire » un énoncé, qu'il s'agisse d'un texte ou d'une image, en mobilisant un maximum d'informations fournies par le contexte, la vie de l'auteur. L'un des objectifs de la conférence, sous son aspect « cours magistral », sera de fournir aux étudiants les outils nécessaires pour pouvoir porter ce regard généraliste et néanmoins averti, sur l'objet d'étude à partir de repères principaux appartenant à l'histoire de la philosophie, de la littérature, du cinéma ou de la peinture. Ce sera aussi l'occasion de leur donner une familiarité avec les « grands auteurs » plutôt que de recourir aux commentaires. Le second temps, celui de la compréhension, se constitue dans un travail d'aller-retour entre la situation de l'auteur/artiste et celle du lecteur/spectateur. Il s'agit alors de procéder par questionnement en s'interrogeant sur les questions que l'auteur a entendu poser, la manière dont il les a présenté. Comprendre pourquoi un texte ou un tableau nous « parle » aujourd'hui passe par mise en correspondance des interrogations de notre époque et de celles abordées par l'auteur. Ce temps sera celui de la mise en œuvre d'une double réflexion critique. Il s'agira de s'interroger sur la singularité de l'œuvre étudiée mais également de porter un regard critique sur le discours déployé et les moyens mis en œuvre pour le faire. Ces deux approches seront conduites ensemble au cours de chacune des séances. Elles devraient permettre aux étudiants de se constituer non seulement un ensemble de références propres en fonction de leur goût personnel mais développer leur capacité à aborder n'importe quel type de textes et d'énoncés à partir d'une réflexion personnelle.

Enseignants

SIMON-NAHUM, Perrine (Directrice de recherche à l'EHESS)

Mode de validation

Selon la charte de l'enseignement, l'évaluation du travail des étudiants comporte une note de contrôle continu (1/2 de la note finale) attribuée par le maître de conférences et une note d'examen, assise sur le cours magistral (1/2 de la note finale).

Charge de travail

Il est essentiel que chaque étudiant arrive en conférence en ayant une connaissance approfondie des textes sur lesquels sera basée la séance. Des exercices de vérification improvisés pourront être envisagés. Ils pourront prendre la forme d'un quizz mais il pourra également être demandé aux étudiants de fabriquer eux-mêmes un quizz. Organisation de la conférence  Le travail en conférence Chaque conférence est associée un thème particulier qui recoupe, sans s'y identifier, les problématiques abordées dans le cours magistral. Il ne s'agit en aucun cas de redoubler celui-ci en en proposant un commentaire ou d'en développer les pistes proposées. Seuls les principaux concepts - la violence, la pitié et la honte- seront communs. Les thèmes proposés en conférence sont articulés à partir des œuvres proposées. Celles-ci ne sont pas envisagées comme des exemples illustratifs mais comme le point de départ de la réflexion à mener en commun. Aussi le début de chaque conférence proposera à un ou plusieurs étudiants de présenter une approche générale de la thématique en l'appuyant sur les extraits des œuvres choisies. Cette approche n'est pas à concevoir comme un exposé ni comme un commentaire (sur le mode des commentaires rédigés dans le secondaire). Elle doit permettre à l'étudiant de dégager les principaux points de sa lecture mais aussi de développer une réflexion critique. Le commentaire des étudiants est ensuite repris et complété par un parcours d'ensemble de la notion, de l'auteur et de l'approche évoqués. La conférence a pour but d'éveiller les esprits et l'envie d'échanger. Elle a aussi pour objectif de permettre aux étudiants de dialoguer avec les grands auteurs. Cela suppose encore une fois des étudiants une lecture préalable attentive et informée des œuvres. Il ne s'agit pas de réfléchir en classes mais d'arriver avec une première construction que l'on puisse mettre à l'épreuve des autres. Tout apport de documentation extérieure sera bienvenue. De même la mise au jour de la démarche d'étude sera, elle aussi, encouragée, la manière dont l'étudiant a approché le document, les réflexions suscitées, les exemples ou comparaisons convoquées. Le but de la conférence n'est pas de livrer un contenu mais de former à une démarche réflexive.  Le commentaire de texte. Il éclaire le texte proposé en le mettant en perspective avec d'autres références, notamment celles vues en conférence ou durant le cours magistral. Il propose une lecture critique du texte, n'hésitant pas à mettre en lumière ses limites ou défauts. Le texte du commentaire sera choisi parmi une des deux œuvres de référence de la conférence dont la lecture intégrale est impérative. Il se déroulera sur table et en temps limité.  Le commentaire croisé. Il met en regard deux œuvres ou deux extraits différents (les œuvres seront indiquées en début de conférence) autour d'une question. Il s'agit de répondre à la question posée en s'appuyant prioritairement sur ces deux supports mais sans renoncer à utiliser d'autres références. Sur le plan formel, il peut s'agir d'un document manuscrit (maximum de 12 pages) ou dactylographié (maximum de 6 pages). Attention : Il est rappelé que tout plagiat, toute copie partielle ou totale d'un document ou plus généralement toute atteinte à la probité et à la propriété intellectuelle est sévèrement réprimée, la sanction pouvant aller jusqu'à la non validation du module voire à l'exclusion. Pour l'obtention de la note de contrôle continu, chaque étudiant devra réaliser deux travaux écrits (un commentaire de texte et un commentaire croisé). Il recevra également une note d'oral reposant sur sa participation d'ensemble aux échanges et sur sa capacité à animer un débat.

Plans de cours et bibliographies

Séance 1 : Séance introductive 

Présentation du cours et de la conférence : Qu’est-ce que lire un texte ?  Expliquer et comprendre
En abordant la lecture depuis la problématique philosophique « Expliquer et comprendre », on s’interrogera à partir de la lecture de l’introduction de L’Ensauvagement (Thérèse Delpech) sur les différentes niveaux d’interprétation d’un texte.

Séance 2 : Consentir à la violence

On abordera la violence à partir de la notion de « consentement meurtrier » ( M. Crépon). Comment se traduit la violence ? Comment la dire ? Que fait-on pour la combattre ?
Texte à étudier :

  • Camus, nouvelle L’Hôte (L’Exil et le Royaume, 1957)

Séance 3 : L’Autre et le Méridien. Philosophie et littérature.

Peut-on dire la violence ? Dans cette séance on s’interrogera notamment à partir des rapports entre philosophie et littérature sur la manière dont la violence s’inscrit dans la langue et dont celle-ci permet en même temps de la rendre apparente. Cette séance amènera les étudiants à réfléchir en termes de dramaturgie mais aussi de genres et expressions littéraires.
Textes à étudier :

  • Jean de la Fontaine : Les grenouilles qui voulaient un Roi
  • Paul Celan : Poème, Fugue de mort

Séance 4 : L’homme entre Nature et la technique. Les expressions modernes de la violence.

La technique doit-elle être dénoncée comme une violence faite à l’homme ? ou au contraire peut-on l’envisager comme un mode de relation symbolique au monde ? Les grandes idéologies se sont développées autour de notions comme celle de l’aliénation (marxisme) ou du principe responsabilité (écologie). Comment considérer le vivant aujourd’hui ?

  • Commentaire de l’œuvre de Damien Hirst :  Mouton.

Séance 5 : L’Etat et la violence. Formes de violence légitime et pouvoir.

L’homme est-il violent par nature ? Ou bien la violence légitime signale-t-elle la disparition de l’humain ? Comment comprendre l’usage de la violence dans nos sociétés ?

  • Extraits : M. Foucault , Surveiller et punir, chapitre IV et V.

Séance 6 : Peut-on dire que l’homme est violent par nature ?
De Sophocle à la philosophie et à la littérature contemporaine, la figure Oedipe nous permettra d’étudier la manière dont, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, les thématiques de la violence et de la justice ont posé la question des rapports entre l’individu et la cité, et plus largement la conception du monde. 

  • Extraits : Sophocle, Œdipe,