Accueil > L'Union Européenne est-elle un Empire ?

BHUM 1655 - L'Union Européenne est-elle un Empire ?

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

L'UE est une entité territoriale complètement atypique : elle n'est pas à l'ONU mais pèse dans tous les forums internationaux et dans l'espace mondial. Elle ressemble à un Etat fédéral ! Non : ses Etats-membres ne sont ni des Etats fédérés ni des Etats locaux comme dans la Russie, l'Union Indienne, l'Indonésie, les USA, le Brésil et l'Allemagne. D'ailleurs, si elle dispose d'une souveraineté étatique dans bien des domaines, même régaliens, l'Europe n'est même pas un pays ! L'UE n'est évidemment pas un Etat-nation, puisque, de la Lettonie au Portugal et de la Hongrie à l'Italie, ses membres sont des Etats-nations souverains. Le sont-ils encore, d'ailleurs ? L'UE coïncide avec le retour en force des Etats locaux qui, de la Catalogne à l'Ecosse en passant par la Flandre fomentent une Europe des régions. L'UE est donc immense, multiculturelle, multilingue, multinationale et multiterritoriale ! L'UE n'envahit personne mais ne cesse d'étendre son territoire et de se mêler de la politique de ses voisins et du monde, pour le meilleur et pour le pire. A tout prendre, l'UE est donc... un empire !? A l'intersection de la géohistoire, des areas studies, du régionalisme, de la philosophie politique et de la géopolitique, les Européens seraient-ils un peuple d'empereurs qui s'ignorent ? Pour le savoir, examinons ensemble comment ils font territoire aujourd'hui et hier, ici et maintenant.

Enseignants

  • KAHN, Sylvain (Professeur agrégé au département d'Histoire, Sciences Po)
  • PALLE, Angélique (Post doctorante)

Mode de validation

Un research paper individuel, un mémoire présenté en groupe, une fiche de lecture.

Lectures principales demandées

Toutes les références bibliographiques sont accessibles en ligne. Sauf mention, elles sont sur le site de la bibliothèque de Sciences Po (“ressources numériques”) dans la base de données Cairn.

Plans de cours et bibliographies

Séance 1 : Le retour du Jedi, un nouvel espoir ?

  • L’UE en cartes sur les planisphères du monde : l’Europe, combien de divisions ? quel poids dans le globe ? elle commence où et s’arrête où ? Sans UE, verrait-on encore le territoire des Européens sur la mappemonde ?

Séance 2 : Meurs un autre jour

  • Sur les cartes, l’État-nation européen est tout petit ; l’Europe ne cesse de se fragmenter ; le territoire de l’UE qui masque ce phénomène, est-il un réseau d’États-nations ? Est-ce possible ? (ce serait une contradiction dans les termes, un oxymore !)  L’UE a-t-elle sauvé l’État-nation d’une mort programmée ? Plusieurs auteurs le disent...

Séance 3 : L’empire contre-attaque

  • L’UE s’élargit, dit-on. Dans la géohistoire de l’Europe et du monde, un vaste territoire en expansion est toujours un empire. L’UE est-elle impérialiste ? Plusieurs auteurs le disent...Réponses en comparant les cartes des empires ici, hier et maintenant, et en combinant les critères et les théories de l’impérialité.

Séance 4 : Casino Royal ?

  • Dans le 21e opus des films de la série James Bond, la fortune du Trésor public britannique et européen se joue au Monténégro, un minuscule État européen comme les européens en ont le secret.  L’UE et son voisinage sont pleins de ces petites entités territoriales qu’on peut appeler Etat locaux et moqués comme État d’opérette ou paradis fiscal. Pourquoi ? comment ? Sont-ils viables ? A telle enseigne que cette fragmentation touche même les territoires des États-nations : Catalogne, Flandre, Ecosse… : d’anciens États locaux seraient sur le point de devenir souverain. Pour caractériser le territoire européen, certains auteurs parlent d’assemblage néo-médiéval…

Séance 5 : Un empire du milieu ?

  • Dans tout empire, il y a un centre et des périphéries, des processus de domination. La géohistoire de l’Europe est faite non seulement de ces empires-État, à la romaine, mais de rivalités de pouvoir pour des territoires entre États. Tout cela serait-il (enfin) fini ? Pour plusieurs auteurs, l’UE, est un empire sans centre ! Un empire du juste milieu, en somme ?

Séance 6 : L’empire des sens ?

  • La souveraineté est-elle divisible ? Non disent Jean Bodin, Hobbes et la tradition juridique. Mais si l’on fait confiance à ses sens, on voit bien que, dans l’UE, la souveraineté se divise, se mutualise, se partage. La géohistoire du territoire européen offre des précédents : l’empire romain-germanique de type westphalien, l’empire d’Autriche de type cosmopolite… D’ailleurs, il n’y a pas que Bodin qui en parle, il y a aussi Althusius, Kant et Jean-Marc Ferry... Et si l’UE était un territoire réticulaire,  un empire de réseaux, un empire-échelle consociatif ?

Séance 7 : Le monde ne suffit pas ?

  • L’UE invente une politique de voisinage et d’association avec les peuples frontaliers pour exporter la démocratie, au risque de la guerre comme en Libye et en Ukraine. En même temps, l’UE ouvre chez ces voisins et sur son territoire des camps de rétentions par dizaine pour fixer et retenir les migrants et les réfugiés venus d’ailleurs. Ce faisant, l’UE fabrique des frontières hybrides, bizarres et inédites.  Et si, à tout prendre, l’UE était une  puissance néo-coloniale ?

Séance 8 : Bons baisers de Russie

  • Un des voisins frontaliers de l’UE a fini par se fâcher : la Russie. Annexion territoriale, “petits homme verts”, cyberguerre, pression dans les pipelines, fake news et soft power... Avec la Russie, l’UE redécouvre le rapport de force et la géopolitique classique. Est-ce le choc de deux impérialités, ou l’UE doit-elle faire face à l’espion venu du froid ?

Séance 9 : La menace fantôme

  • Pour les Européens, la confrontation avec la Russie n’est pas le seul visage du retour de la géopolitique. Il y a l’impérialisme des autres, les envahisseurs, la cinquième colonne...Comme dans un film de mauvais genre, le territoire européen est menacé et traversé par de nombreux spectres.

Séance 10 : Habemus Papam : l’UE, un empire universel ?

  • L’UE n’attaque personne mais commerce avec tous. En multipliant tous azimuts des accords de libre-échange, en condamnant tout protectionnisme, en accouchant de l’OMC, de Kyoto et de Paris sur le climat, en étant gratifié du Prix nobel de la paix, l’Europe rend-elle ses normes et son magistère universels et l’espace mondial européen ? Fabrique-t-elle une territorialité cosmopolite ? Pas si sûr car, comme disait Staline à une autre époque : “le Vatican ! combien de divisions ?”

Séance 11 : Le réveil de la force ?

  • En 2017, deux projets territoriaux européens antagonistes célèbrent le 60e anniversaire du traité de Rome : une géopolitique et un territoire kantiens affronte une une géopolitique et un territoire darkvadorien. Cette fois encore, traditions des Lumières et des Anti-lumières se font face. L’issue de leur combat décidera du contrôle de l’Empire européen et de son impérialité.

Séance 12 : Conclusion : Demain ne meurt jamais

  • La loi des empires est qu’ils déclinent et périssent. Toutefois, certains ont duré plusieurs siècles. Le Brexit prend le contrepied d’un demi-siècle d’élargissement et d’extension du territoire de l’UE. Alors : le Brexit est-il le nom d’une dynamique de rétrécissement du territoire communautaire et d’une déconstruction européenne ? Ou bien, la territorialité de l’UE, Brexit compris, nous révèle-t-elle que le territoire fait sa révolution et qu’il est en marche ? Qu’avec l’UE “le territoire est mort, vive le territoire” ?