Accueil > Sciences de la paix, sciences du conflit : sortir de la violence politique

BSPO 1615 - Sciences de la paix, sciences du conflit : sortir de la violence politique

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

La politique est l'art de la réduction de cette menace que représentent la foule et la prolifération des demandes adressées au groupe ou à l'État. Elle canalise, réduit, organise, contient les conflits sociaux. La science politique dès lors peut apparaître comme une science du conflit et de la paix, aussi bien à l'intérieur des États-nations qu'entre eux. Associant dès que possible trois composantes de la science politique (sociologie politique, théorie politique et relations internationales), ce cours-séminaire s'intéresse aux institutions et politiquesqui ont été mises en place pour apaiser, résoudre ou « transformer » les conflits politiques contemporains. On posera toutes ces questions qui, parce qu'elles sont embarrassantes et n'ont pas encore trouvé de réponse scientifique, donnent généralement lieu à des réponses morales convenues. On sait que n'importe quel homme (et n'importe quelle femme, même) peut être impliqué dans des violences génocidaires, et pourtant on continue à vouloir y voir l'expression d'une haine ethnique, d'un radicalisme idéologique, d'une aberration morale. On sait qu'aucune éducation n'assure les hommes contre le risque du passage à l'acte violent, et pourtant on continue à parier sur l'éducation civique et morale, sur les politiques de promotion de la tolérance. On ignore ce qui fait qu'une société est en paix ou en guerre, et pourtant les organisations internationales ont investi massivement dans de savantes politiques de réconciliation. Nous explorerons les difficultés qu'ont les sciences sociales à poser la question de la violence politique et de ses causes et étudierons les mécanismes de régulation libérale et démocratique du conflit. Nous nous attacherons particulièrement à comprendre ce qui joue dans les interventions internationales contemporaines après un conflit politique violent : le dilemme de l'intervention même, les théories de la violence politique qu'elles mobilisent, la formation d'expertises de l'après-conflit, etc. Il s'agit d'une introduction à la science politique : la centralité pour la discipline des questions du conflit et de la paix, permet d'aborder beaucoup de ses apports fondamentaux. Nous tenterons de mobiliser et de comparer à chaque séance les regards portés depuis les différentes perspectives existant au sein de la discipline, en même temps que depuis d'autres sciences sociales (anthropologie, histoire, droit, psychologie sociale). Nous privilégierons les analyses qui questionnent les certitudes morales et les vulgates des organisations internationales.

Enseignants

LEFRANC, Sandrine D. (Chargé de recherche)

Format pédagogique

Cours-séminaire incluant un temps spécifique de discussion (outre d'éventuels échanges continus).

Mode de validation

L'évaluation des étudiants s'appuiera, outre l'assiduité et la participation orale, vraisemblablement sur une dissertation sur deux sujets au choix (ce point fera l'objet d'une discussion). Un mémoire (paper) sur un sujet relevant des thèmes du cours sera en outre rendu par chaque étudiant. L'évaluation des étudiants s'appuiera sur : - Outre l'assiduité et la participation orale à partir des lectures et exercices demandés (une participation active donnera lieu à un bonus) ; - Une intervention orale collective (en français) à l'occasion des deux « débats » organisés au cours du semestre (20% de la note) ; - En plus de l'oral, un dossier collectif écrit d'un maximum de 5 000 mots sera remis en format papier ET électronique le jour de l'intervention. 1. Un travail de réflexion individuel original (80% de la note) de 2000 mots compte non tenu de la bibliographie et des éventuels documents, tableaux, schémas, fournis en annexe. Ce travail répondra, à partir de références bibliographiques notamment choisies dans les propositions, à l'une des 7 questions proposées ci-dessous. Le mémoire sera rendu sous forme papier ET électronique (via Urkund pour la transmission par mail), de préférence en français (sauf difficultés majeures – dans ce cas, le papier pourra être rédigé en anglais ou en espagnol). Ce travail individuel devra être remis à la date précisée dans le programme; il sera rendu annoté et noté au plus tard à la fin du semestre. Chaque sujet peut être traité par différents étudiants et sous différents angles, par exemple, pour le sujet 1 : a) les déterminants des comportements en situation de violence extrême, synthèse des débats en histoire et science politique ; b) les déterminants des comportements en situation de violence extrême, synthèse des débats en psychologie sociale ; c) tueurs et sauveteurs, une étude de cas (sous le IIIe Reich, au Rwanda en 1994). Le travail peut prendre la forme d'une lecture originale et critique d'un ou (mieux) plusieurs ouvrages de qualité.

Lectures principales demandées

Les textes dont la lecture sera recommandée avant chaque séance seront placés sur l'ENTG

Lectures complémentaires demandées

  • Milgram, Stanley, Soumission à l'autorité : un point de vue expérimental, Paris : Calmann-Lévy, 1974
  • Mosse, George Lachmann, De la grande guerre au totalitarisme : La Brutalisation des sociétés européennes, Paris : Hachette littératures, 1999, Histoires. Trad. de l'américain de Fallen soldiers : reshaping the memory of the world wars
  • Paris, Roland, At war's end : building peace after civil conflict, Cambridge : Cambridge University Press, 2004
  • Paris, Roland, "Peacebuilding and the limits of liberal internationalism", International Security, (1997, Fall) vol. 22 : n°2, p.54-89
  • Pouligny, Béatrice, Ils nous avaient promis la paix : opérations de l'ONU et populations locales, Paris : Sciences-Po, Les Presses, 2004, Académique
  • Rawls, John, Paix et démocratie : le droit des peuples et la raison publique, Paris : Ed. La Découverte, 2006. Traduit de The law of peoples with the idea of public reason revisited
  • Sémelin, Jacques, Purifier et détruire : usages politiques des massacres et génocides, Paris : Ed. du Seuil, 2005, La couleur des idées
  • Simmel, Georg, Le conflit, Strasbourg : Circé, 1992. Trad. de l'allemand (1922)
  • Sofsky, Wolfgang, Traité de la violence, Paris : Gallimard, 1998, NRF essais. Trad. de l'allemand
  • Walzer, Michael, Arguing about war, New Haven, Conn. : Yale University Press, 2004 ("The politics of rescue")
  • Weber, Max, Economie et société, Paris : Plon, 1971, Recherches en sciences humaines. Traduit de l'allemand de Wirtschaft und Gesellschaft
  • Arendt, Hannah, Du mensonge à la violence : essai de politique contemporaine, Paris : Presses Pocket, 2004, Agora. Traduit de Crises of the Republic
  • Bauman, Zygmunt, Modernité et Holocauste, Paris : la Fabrique éd., 2002. Trad. de l'anglais
  • Boltanski, Luc, La souffrance à distance : morale humanitaire, médias et politique, Paris : Gallimard, 2007 (1993), Folio
  • Bourdieu, Pierre et Passeron, Jean-Claude, La reproduction : éléments pour une théorie du système d'enseignement, Paris : Ed. de Minuit, 1970, Le sens commun
  • Castel, Robert, Le psychanalysme, Paris : F. Maspero, 1973, Textes à l'appui
  • Castel, Robert, La gestion des risques : de l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse, Paris : Éd. de Minuit, 1981, Le sens commun
  • Corbin, Alain, Le village des cannibales, Paris : Flammarion, 1995, Champs
  • Dauvin, Pascal et Siméant, Johanna, Le travail humanitaire : les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris : Presses de Sciences Po, 2002
  • Dezalay, Yves et Garth, Bryant G., La mondialisation des guerres de palais : la restructuration du pouvoir d'Etat en Amérique latine, entre notables du droit et "Chicago boys", Paris : Ed. du Seuil, 2002, Liber. Traduit de The internationalization of palace wars
  • Dobry, Michel, "Les causalités de l'improbable et du probable : notes à propos des manifestations de 1989 en Europe centrale et orientale", Cultures et conflits, (17), print. 95 : p. 111-136
  • Donegani, Jean-Marie et Sadoun, Marc, "Ce que le politique dit de la violence", Raisons politiques, (2003-02/04) n°9, p.3-18
  • Donegani, Jean-Marie et Sadoun, Marc, Qu'est-ce que la politique ?, Paris : Gallimard, 2007, Folio
  • Gros, Frédéric, États de violence : essai sur la fin de la guerre, Paris : Gallimard, 2005, NRF essais
  • Fassin, Didier et Rechtman, Richard, L' empire du traumatisme : enquête sur la condition de victime, Paris : Flammarion, 2007
  • Fassin, Didier, La raison humanitaire : une histoire morale du temps présent, Paris : Gallimard : Seuil, 2010, Hautes études
  • Elias, Norbert, La civilisation des moeurs, Paris : Presses Pocket, 1976, Agora. Trad. de l'allemand
  • Freud, Sigmund, L'avenir d'une illusion, Paris : Presses universitaires de France, 1999, 4e éd., Quadrige. Trad. de l'allemand
  • Einstein, Albert, et Freud, Sigmund, Pourquoi la guerre ?, Paris : Institut international de coopération intellectuelle, 1933
  • Girard, René, Le bouc émissaire, Paris : Grasset, 1982