Accueil > Mémoire et oubli

CCIV 1615 - Mémoire et oubli

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

Il s'agira de s'intéresser à la manière dont une société, et en particulier la société française contemporaine, investit le champ mémoriel et se construit un passé et une mémoire collective. En empruntant les chemins de l'histoire des arts, de la littérature, de l'histoire contemporaine, de la sociologie et de la philosophie, ce cours propose une réflexion sur la démarche innée et spontanée d'un individu et d'une société pour se constituer un ensemble de souvenirs qu'il place à la base de son identité. Indissociable de l'oubli, de la fiction et de l'imaginaire, la construction de la mémoire suit un processus que la littérature et les arts, l'histoire et la sociologie cherchent à comprendre. Comment affirmer son individualité tout en appartement à un groupe ? Comment l'historien peut-il reconstituer ce qui n'a laissé aucune trace ? A-t-on pleinement conscience des dynamiques mémorielles qui nous animent ? Sont quelques-unes des questions centrales qui orienteront notre réflexion.

Enseignants

VERNET, Matthieu (Professeur agrégé)

Mode de validation

La validation du séminaire se fera sur la base d'un exposé, d'un travail final sur table et d'une recherche sur ce qui pourrait constituer « une mythologie » de la France contemporaine.

Charge de travail

Quarante-cinq minutes seront par ailleurs consacrées, lors de chaque séance, à des mises au point méthodologiques concernant notamment la dissertation, le questionnement interprétatif, l'argumentation logique et l'exposé. Il sera demandé à chaque étudiant de préparer soigneusement, d'une séance à l'autre, les différents documents qui serviront de supports au cours.

Lectures principales demandées

  • François Hartog, Régimes d'historicité, Paris, Le Seuil, 2003
  • Pierre Nora, Les Lieux de mémoire (3 volumes), Paris, Gallimard, 1984-1992
  • Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1988
  • Sophie Rabau, L'Intertextualité, Paris, Flammarion, coll. « GF Corpus », 2002
  • Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres, Lagrasse, Verdier, 1992

Plans de cours et bibliographies

Découvrir le cours de Matthieu VERNET en vidéo

Séance 1 : Comprendre la mémoire
Introduction à la problématique mémorielle — Analyse et interprétation d’une œuvre d’art.

  • Support : Sculpture d’Anselm Kiefer ; Roland Barthes, Mythologies (1957) ; extraits de l’introduction de Pierre Nora aux Lieux de mémoire (1984)
  • Méthodologie : L’interprétation

Séance 2 : Mythe et mémoire I
Le cas Vercingétorix I — Qui est-il ? Que sait-on ? Enquête sur un chef gaulois adversaire de César

  • Supports : Jules César, De Bello Gallico ; inventaire des fouilles archéologiques d’Alésia et de Bibracte
  • Méthodologie : Le commentaire de texte

Séance 3 : Mythe et mémoire II
Le cas Vercingétorix II — Étude du mythe gaulois comme identification nationale.

  • Supports : Statue de Vercingétorix à Alésia extraits de manuels scolaires (Le Tour de France par deux enfants (1894), Ernest Lavisse, Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution (1900-1912) ; Manuel Malet-Isaac « Le Moyen Âge » (1923) et un manuel contemporain (2014).
  • Méthodologie : La dissertation et la discussion dialectique

Séance 4 : Mythe et mémoire III
Le cas Vercingétorix III — La figure du Gaulois dans la mémoire populaire aux xxe et xxie siècles

  • Supports : Albert Uderzo et René Goscinny, Astérix le gaulois ; études de la figure du Gaulois dans la publicité (1960-2016) ; le muséoparc d’Alésia inauguré en 2012.
  • Méthodologie : L’exposé et l’élaboration de la problématique

Séance 5 : Mémoire de l’oubli et de la perte
Définition de la mémoire en négatif : analyse des études et des recherches qui permettent de retrouver en creux des éléments qui n’ont laissé aucune trace. Comment connaître ce qu’on a définitivement perdu comme les odeurs, les bruits, les conversations ?

  • Support : Alain Corbin, Conférences de Morterolles (2013) ; Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au xviiie siècle (2009) ; « les cris de Paris » dans les œuvres d’Émile Zola et de Marcel Proust.
  • Méthodologie : Construction d’un plan et argumentation logique
  • Exposé : L’histoire et le linguistic turn

Séance 6 : Mémoire des formes et des styles 
La mode vestimentaire — l’individu construit son être social à travers des gestes, des habitudes vestimentaires qui sont autant le signe d’une singularité qu’une mémoire de classe ou de manières d’être historiquement déterminées.

  • Supports : Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être (2011) ; Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne (1863) ; Erwin Goffman, La Présentation de soi (1973)
  • Exposé : Le dandysme

Séance 7 : Construire une mémoire nationale, I
Le romantisme — étude d’un courant littéraire et artistique aux origines de l’idée de nation en Europe et de mythologies nationales. Comment la mémoire s’est-elle imposée comme le ferment commun des identités nationales ?

  • Supports : Richard Wagner, Der Ring (mise en scène de Chéreau, direction de Boulez), Hubert Robert, Viollet-le-Duc.
  • Exposé : L’esthétique des ruines

Séance 8 : Construire une mémoire nationale, II
La République — Réflexion sur la manière dont la IIIe République a construit un modèle national et identitaire autour d’une mémoire commune reconstruite

  • Supports : Discours de Gambetta ; affiches des campagnes électorales à la Présidence de la République (1965-1995)
  • Exposé : La commémoration en France (2000-2015)

Séance 9 : Construire une mémoire nationale, III
Le cas de l’Europe — existe-t-il une mémoire européenne ? Réflexion autour de l’idée d’Europe, de fédération de nations et de l’existence d’une identité supranationale et supralinguistique.

  • Supports : Études de caricatures (xixe-xxe siècles) en France, Italie, Angleterre ; Cédric Kaplisch, L’Auberge espagnole (2002)
  • Exposé : Don Juan, un mythe européen ?

Séance 10 : Écrire avec la mémoire
L’intertextualité. La mémoire des textes et des œuvres — Analyse du processus de création : comment composer et écrire avec sa mémoire ?

  • Supports : Ésope, Fables ; La Fontaine, Fables ; Raymond Queneau, « La cimaise et la fraction » ; Marcel Proust Proust, Sodome et Gomorrhe, Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal
  • Exposé : Picasso et ses maîtres

Séance 11 : Habiter la mémoire
Comme la mémoire peut-être s’inscrire dans un élément ou processus immatériel ? — Tentatives de compréhension d’un phénomène de patrimonialisation récent. La muséification ne prend-elle pas le risque de la pétrification ?

  • Supports : Marc Fumaroli, Éloges de l’éloquence (1980) ; analyse de la liste du Patrimoine immatériel et culturel établie par l’UNESCO,
  • Exposé : La gastronomie comme lieu de mémoire

Séance 12 : Examen terminal