Accueil > One Nation under a Groove, Blues, Jazz, Rhythm’n’Blues, Rock, Funk, Rap – 150 ans de musiques « noires »

CHIS 2005 - One Nation under a Groove, Blues, Jazz, Rhythm' n Blues, Rock, Funk, Rap

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

Le 25 juin 1949, la rédaction de Billboard, le magazine américain des professionnels de la musique, décide de remplacer dans ses colonnes le terme de « Race Music » par celui de « Rhythm'n'Blues » pour désigner les nouveaux genres musicaux à la mode dans les quartiers noirs des villes américaines. Inventé par le futur patron d'Atlantic Records Jerry Wexler, le terme ne marque pas qu'un changement syntaxique ; il annonce également un bouleversement culturel et sociologique : car en cessant symboliquement d'être une musique « raciale », parce que faite par et pour les noirs américains, le R'n'B s'apprête à devenir, en quelques années, une musique universelle, la bande-son de la jeunesse du monde entier. Nées de la rencontre entre les moyens de communication de masse et les formes d'expression sans cesse changeantes de la jeunesse noire américaine, nourries de multiples emprunts, échanges et influences par-delà la color line (ou « ligne de partage des couleurs », W.E.B. Du Bois), propulsées par le moteur puissant d'un groove constamment renouvelé par l'inventivité des musiciens, appropriées par des générations d'adolescents dont elles ont exprimé les frustrations et les aspirations, les musiques « noires » ont accompagné les transformations de la communauté noire américaine et forment aujourd'hui le noyau de l'omniprésente « Pop Culture » contemporaine. Mais elles symbolisent aussi le triomphe d'une culture manufacturée à grande échelle sur une culture savante et élitiste ; elles exploitent des stéréotypes qui enferment autant qu'ils libèrent ; elles reposent sur une notion (l'existence d'une musique « noire » qui en formerait la matrice toujours féconde) dont la validité n'a rien d'évident. L'objet de ce cours est d'étudier l'émergence et les mutations des musiques « noires » américaines, d'analyser leur influence sur les sociétés occidentales depuis le début du 20ème siècle jusqu'à nos jours et d'aborder les grandes questions qu'elles soulèvent : - la façon dont la musique a précédé, annoncé, reflété les évolutions de la situation de la communauté noire américaine - les échanges de part et d'autre de la « ligne de séparation des couleurs » auxquels ces musiques ont donné lieu - le rayonnement mondial auquel ces musiques ont accédé - les rapports entre création et commerce, entre authenticité et exploitation, entre rébellion et conformisme dans la culture de masse Chaque cours évoquera un genre musical, à travers l'analyse d'une chanson emblématique du style étudié, et l'époque qui l'a vu naître, à travers ses grandes figures, ses événements majeurs, ses idées. Les élèves seront évalués sur les travaux qu'ils auront réalisés dans le cadre du cours (présentation de la chanson étudiée, fiche thématique), sur leur participation et sur un travail synthétique à rendre en fin de cours.

Enseignants

BOCQUET, Pierre-Yves (Inspecteur général)

Lectures principales demandées

  • Caroline ROLLAND-DIAMOND, Black America, La Découverte 2016
  • David BRACKETT, The Pop, Rock and Soul Reader, Oxford University Press 2009
  • Paul GILROY, L'Atlantique Noir – Modernité et double conscience, Amsterdam 2010
  • Leroi JONES, Le people du Blues, Folio 1997
  • Eileen SOUTHERN, Histoire de la musique noire américaine, Buchet/Chastel 1992