Accueil > Dionysiaques : rites, fêtes et désordres – réalités antiques et interprétations contemporaines

CHUM 1610 - Dionysiaques : rites, fêtes et désordres – réalités antiques et interprétations contemporaines

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

Les rituels dionysiaques de l'Antiquité, mystères, orgies et possessions enthousiastes, ont toujours exercé une réaction paradoxale de fascination / répulsion. Intégrés dans le système religieux athénien où ils assument une fonction d'altérité incluse, notamment pour les femmes, ils ont inspiré une forte production artistique, au théâtre (le domaine du dieu) et sur les vases, qui ont transmis un puissant imaginaire. Nous suivrons leurs évolutions, à Rome d'abord, où les Bacchanales furent d'abord réprimées, puis adoptées avec un succès croissant, au point que les orgies furent prises comme cibles principales par les chrétiens contre le paganisme. Au-delà de l'Antiquité, une fois que le culte a disparu, certains caractères dionysiaques ont perduré au Moyen-Âge et à la Renaissance, oscillant entre une image diabolique et l'incarnation de la joie de vivre. Mais c'est surtout Nietzsche qui en a réhabilité l'idée, réinterprétée philosophiquement : « je ne croirai qu'en un dieu qui serait dansé ». Dans sa lignée, les fêtes dionysiaques ont connu de nouvelles lectures au XXe et au XXIe siècle, historiques, philosophiques, psychanalytiques, psychiatriques, gender, artistiques… Nous suivrons certains de ces développements, de ces avatars et de ces adaptations, à la cherche de ce qu'il reste de dionysiaque, d'un point de vue anthropologique, dans nos sociétés occidentales contemporaines.

Enseignants

WYLER, Stéphanie (Maitre de Conférences des universités)