Accueil > Sociologie des réputations - Mondes artistiques, politiques et économiques

CSOC 1290 - Sociologie des réputations – Mondes artistiques, politiques et économiques

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Quelques notions en sociologie sont les bienvenues, mais rien d'obligatoire.

Descriptif du cours

La réputation touche tous les acteurs du monde social, en « haut » et en « bas » de l'échelle sociale : telle banque cherchant à restaurer sa réputation suite à une crise financière, tel acteur politique dont la réputation a été entachée suite à un scandale sexuel, tel établissement scolaire qui cherche à se détacher de la mauvaise réputation du quartier dont il relève, tel collégien(ne) cherchant à s'affranchir de la réputation dont il est affublé par ses pairs. Les réputations « collent » aux individus, aux entreprises, aux institutions et exercent des contraintes sur leurs actions. L'enjeu de la réputation est donc central, et depuis quelques années les sociologues s'en emparent pour réinvestir des questions plus classiques : en quoi les réputations révèlent-elles les valeurs d'une communauté ? Dans quelle mesure les acteurs sociaux sont-ils égaux ou inégaux face aux réputations dont on les affuble ? Quels sont leurs leviers d'action pour les préserver ou les modifier ? A partir d'analyses de films réalisées par les étudiants au début de chaque séance, ce cours propose une introduction à l'étude des réputations dans une diversité de mondes sociaux : dans les mondes culturels et artistiques, mais aussi dans les mondes économiques, scolaires et professionnels.

Enseignants

CHAUVIN, Pierre-Marie F. (Maitre de conférences des Universités)

Format pédagogique

Le format pédagogique s'apparente plus à un séminaire interactif qu'à un cours magistral. Chaque cours commence par un exposé collectif réalisé sur la question des « réputations » à partir des films suggérés dans le syllabus (ou sur d'autres films proposés par les étudiants et correspondant au thème de la séance). La suite du cours est consacrée au texte dont la lecture est obligatoire, et à l'enjeu sociologique plus général qu'il soulève.

Mode de validation

Les étudiants seront évalués par : - une note collective d'exposé (consacré à l'analyse sociologique d'un film) ; - un devoir écrit en fin de semestre (sur le contenu du cours) ; - une note de « tests » écrits régulièrement organisés en début de cours. Un bonus sera accordé pour les participations actives.

Charge de travail

Lecture obligatoire d'un article académique par semaine + réalisation d'un exposé au cours du semestre sur un film choisi.

Lectures principales demandées

  • Pierre-Marie Chauvin, 2013. « La sociologie des réputations : Une définition et cinq questions », Communications, pp.131-145.
  • Howard Becker, 1982. Les mondes de l'art, Paris, Flammarion, chapitre 11 « Réputation ». Robert E. Kapsis, 1989. « Reputation Building and the Film Art World: The Case of Alfred Hitchcock », The Sociological Quarterly, 30, 1, pp. 15-35.
  • Stephen Zafirau, 2008. « Reputation Work in Selling Film and Television: Life in the Hollywood Talent Industry », Qualitative Sociology, 31, pp.99–127.
  • Gary Alan Fine, 1996. « Reputational Entrepreneurs and the Memory of Incompetence: Melting Supporters, Partisan Warriors, and Images of President Harding », The American JoGary Alan Fine, 1996. « Reputational Entrepreneurs and the Memory of Incompetence: Melting Supporters, Partisan Warriors, and Images of President Harding », The American Journal of Sociology, 101, 5, pp. 1159-1193.urnal of Sociology, 101, 5, pp. 1159-1193
  • Kathleen S. Lowney & Joel Best, 2009. « The disadvantage of a good reputation: Disney as a Target for social problems claims », The Sociological Quarterly, 50, pp. 431-449