Accueil > Nouveaux enjeux et figures contemporaines de la diplomatie

CSPO 1005 - Nouveaux enjeux et figures contemporaines de la diplomatie

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

L'approche décisionnelle de la politique étrangère suscite des recherches contrastées selon les pays. Peu documentée en France, elle est intégrée directement à un grand nombre de formations aux Etats-Unis où la décision et l'influence sont perçus à travers des angles très différents qui évoluent des acteurs historiques et professionnels des corps diplomatiques - centrés autour des présidents, structurés autour des chancelleries, administrations et armées), aux négociations collectives et plus ou moins ouvertes. Penser la puissance, la présence et la représentation constitue un champs d'exploration où dorénavant, le représentant officiel de l'Etat, le diplomate est concurrencé par de nombreux autres acteurs parmi lesquels les médias et des structures non- étatiques dorénavant en mesure de peser sur les négociations. Les Etats ont perdu certains de leurs privilèges alors que des structures privées comme Halliburton peuvent mener des guerres à la place des USA. Des enquêtes nationales peuvent être bloquées par les intérêts de grands groupes (les GAFA: Google, Apple, Facebook, Amazon) qui détiennent une masse d'information vitales sur les citoyens à l'échelle du monde. Et sur un plan sanitaire, lorsque la Bill and Melida Gates Foundation s'engage dans un programme d'éradication spécifique, sa puissance financière est telle qu'elle est alors en mesure de dépasser les programmes des Nations unies (plus 33,5 milliards de dollars à des campagnes sanitaires en quinze ans d'existence), rendant dépendant des pans entiers des structures d'aides. Ainsi pour des raisons économiques, les capacités stratégiques des Etats s'amenuisent alors que les rapports d'expertise sont délégués à des fondations, des think tanks et que les universités (chargées de sélectionner et de former les futures élites), toujours plus autonomes, s'alignent sur des critères internationaux de classement obéissants à des normes industrielles. Il est alors significatif que le terme “diplomatie” dorénavant s'accompagne de multiples adjectifs qui cherchent à préciser et à qualifier ces activités, parmi lesquelles : - Diplomatie digitale - Diplomatie économique - Diplomatie intellectuelle - Diplomatie culturelle - Diplomatie entrepreneuriale Toutefois, l'Etat demeure garant de certains éléments de la stabilité et de la sécurité. La concurrence - en terme d'influence, mais également en terme de gestion de crises (catastrophes, sanitaires, climatiques) s'inscrit donc dorénavant dans des circuits nouveaux. Dans cette mesure la diplomatie ‘traditionnelle' reste un facteur d'action et de poids où le temps - la durée – serait son allié. Ce cours s'adresse aux élèves désireux d'appréhender les éléments et les acteurs des négociations internationales dans une perspective historique et politique. Il s'agira de prendre en compte les éléments stables des relations internationales mais également les mutations et les nouveautés de ces activités de représentation, de négociations et de prospectives. Il permettra de mieux lire les enjeux et les types de négociations dans un monde à la fois toujours plus connecté, ouvert et, où, pourtant des fractures et des discontinuités fortes surgissent.

Enseignants

CARPENTIER-TANGUY, Xavier (PhD. Enseignant)

Format pédagogique

A la fin du séminaire, il est attendu de l'étudiant qu'il puisse appréhender les échanges internationaux dans leurs complexités et leurs multiples dimensions : sur une question donnée, il pourra réfléchir à la part d'héritages historiques, aux enjeux géostratégiques, aux tensions économiques afin d'être en mesurer d'imaginer comment négocier à l'échelle internationale.

Mode de validation

Le séminaire sera validé à travers plusieurs examens :- Un travail de type “Papers” sera demandé sur un sujet au choix, portant sur environ 12 pages (Times 12, demi interligne) avec bibliographie et cartes (35%) - une présentation orale (35%) et un exercice de négociation (travail en groupe) sera également (30%).

Lectures principales demandées

COHEN Samy, « Les États et les "nouveaux acteurs" », Politique internationale, n°107, printemps 2005.

Lectures complémentaires demandées

  • DE WILDE d'ESTMAEL Tanguy, LIEGEOIS Michel, DELCORDE Raoul, La diplomatie au coeur des turbulences internationales
  • LEQUESNE Christian, Ethnographie du Quai D'Orsay, Les pratiques des diplomates français, CNRS éditions, 2017
  • POIDEVIN Estelle, L'Union européenne et la politique étrangère. Le Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune : moteur réel ou leadership par procuration (1999-2009) ? Paris, L'Harmattan
  • DODDS Klauss, (Ed.), Geopolitics, London : SAGE, 2009