Accueil > Géopolitique de l'Europe Renaissante : guerres, conflits et diplomatie aux XIIIe-XVIIe siècles

CSPO 2885 - Géopolitiq de l'Europe Renaissante : guerres, conflits et diplomatie aux XIII°-XVII° siècles

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Aucun

Descriptif du cours

L'idée de ce cours est de revisiter l'histoire politique de la Renaissance au prisme des outils et des concepts les plus contemporains de la science politique et de l'analyse des relations internationales. Il s'agit d'expérimenter un exercice « d'anachronisme maîtrisé » : utiliser des paradigmes actuels comme le « dilemme de la sécurité », la « diplomatie transformationnelle », les « conflits asymétriques », les « approches constructiviste » et le « tournant esthétique » etc. pour analyser des situations historiques qui ont été fondatrices de la modernité politique. En retour, le cours sera l'occasion pour l'étudiant d'étendre sa culture politique au-delà des généalogies habituelles de la politique occidentale moderne (les Lumières et les révolutions du XVIIIe siècle) en « remontant » aux apports de l'Europe absolutiste et plus loin encore aux fondations de l'Europe pré-renaissante. L'étude de l'affrontement entre le Saint Empire Romain Germanique et le Pape, des guerres civiles à l'intérieur des cités italiennes, de la première affirmation des grandes monarchies (anglaise, espagnole et française), les tensions annonciatrices de la Réforme, puis les effets de rupture des Guerres de religion, etc. sera l'occasion de développer une connaissance plus intime d'innovations politiques et d'expérimentations dont notre monde contemporain est l'héritier. Ce cours se veut enfin d'un ludique foisonnement, puisqu'il nous permettra de discuter des premiers émissaires auprès du Grand Khan, des légations de Machiavel auprès du Roi de France, de l'invention du langage moderne de l'État par Giovanni Botero, « l'inventeur » de la raison d'État, des relations complexes de Raguse avec Venise et avec l'Empire Ottoman, du procès de Savonarole, de l'invention de l'humanisme chrétien, de l'établissement de la première bibliothèque « publique » par Gabriel Naudé, secrétaire de Mazarin. L'érudition sera donc ici le point de départ d'une réflexion géopolitique qui ne veut évidemment pas s'arrêter à l'étude du seul passé.

Enseignants

  • CHOPIN, Olivier (Responsable pédagogique - DES SciencesPo)
  • ROUDIER, Jerome (Enseignant-Chercheur)

Mode de validation

Deux exposés en binômes. Une note de lecture finale à partir d'un dossier (à rendre en séance 11).

Lectures principales demandées

Dario Battistella, Théorie des relations internationales, Presses de Sciences Po, 4e édition, 2012

Lectures complémentaires demandées

  • Paul Veyne, Comment on écrit l'Histoire, Points, Histoire, 1979
  • Jean Delumeau, Une histoire de la Renaissance, Perrin, 1999
  • Pierre Milza, Histoire de l'Italie: Des origines à nos jours, Fayard, Pluriel, 2013