Accueil > La question religieuse dans la philosophie politique (XVIIe-XXIe)

IFCO 2245 - La question religieuse dans la philosophie politique (XVIIe-XXIe)

Type d'enseignement : Cours magistral seul

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

Avec l'entrée dans la modernité, le monde s'installe dans un univers de l'autonomie. Le pouvoir politique se dissocie alors de la norme religieuse pour s'organiser autour de sa seule puissance souveraine. Comment la pensée politique a-t-elle négocié ce tournant ? Curieusement, alors même que Dieu cesse d'être le principe organisateur du vivre ensemble, et que l'incroyance devient, selon l'expression de Charles Taylor, l'« option par défaut », les théoriciens du politique placent souvent la question religieuse au centre de leurs réflexions. Nous présenterons ici, selon un plan diachronique, les grandes thèses en la matière. Trois moments seront ici explorés, à travers les douze leçons prévues. On s'arrêtera d'abord sur les pensées de l'hétéronomie, dominantes jusqu'aux XVe-XVIe siècles. Un deuxième moment nous confrontera aux pensées de la sécularité, qui défendent l'idée d'indépendance de l'Etat vis-à-vis des Eglises. On verra enfin comment certaines pensées très contemporaines tentent aujourd'hui, pour faire face aux défis de l'entrée dans la deuxième modernité, de construire une articulation renouvelée entre le politique et le religieux.

Enseignants

PORTIER, Philippe (Professeur des Universités, Directeur d'études/EPHE)

Mode de validation

Commentaire de document sur table 2h : 30 % Dissertation sur table 3h : 70%

Plans de cours et bibliographies

  • Séances n°1 et 2 :Introduction générale : l’organisation comme problème, comme objet et comme processus ; description des différentes approches ; thèmes connexes abordés : leadership et digitalisation
  • Séances n°3 à 6 : Coopération, pouvoir et transformation des organisations contemporaines
  • Séance n°7 : Rationalité, décision et organisation : comment se prennent les décisions au sein des organisations
  • Séances n°8 : CAS n° 1
  • Séance n°9 : QCM ; la question de l’éthique au prisme de la sociologie des organisations
  • Séance n°10 : CAS n° 2
  • Séance n°11 : Intervention d’un consultant en organisation
  • Séance n°12 :Champs, institutions et changement : comment se transforment et sont transformées les organisations.

Bibliographie

  • Beckert J., (1999), Agency, Entrepreneurs, and institutional change. The role of strategic choice and institutionalized practices in organizations, Organization studies, 1999, vol. 20, n° 5, p. 777-799.
  • Bergeron H., Castel P., Les habits neufs du néo-institutionnalisme, L’Année sociologique, 2015, vol. 65, n° 2, p. 23-61Bezès P., « Le tournant néo-managérial de l’administration française », in Borraz O., Guiraudon V. (dir.), Politiques publiques. Tome I., Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 215-254.
  • Bezès P., (2009), Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF, 2009.
  • Castel, P. & E. Friedberg (2009) ‘Institutional change as an interactive process. The Case of the modernization of the French cancer centers’, Organization science, published online before print July 21: 1-20.
  • Crozier M. Friedberg E. (1977), L’acteur et le système, Paris, Le Seuil.
  • Crozier, M. & E. Friedberg (1995) ‘Organization and Collective Action - Our Contribution to Organizational Analysis’, in Bacharach, S.B., P. Gagliardi & P. Mundell (eds.), Research in the Sociology of Organizations 13 (Special Issue on Studies of Organizations in the European Tradition), pp. 71-92.
  • Davis, G. F. (2006) ‘Mechanisms and the theory of organizations’, Journal of Management Inquiry 15 (2): 114-118.
  • Di Maggio P. J. (1988), « Interest and agency in institutional theory », in Zucker L. G. (ed.), Institutional Patterns and Organizations, Cambridge, Ballinger, pp. 3-21.
  • DiMaggio P. J., Powell W. W. (1998), Le néo-institutionnalisme dans l’analyse des organisations, Politix, n° 40, p. 113-154.
  • DiMaggio, P. J. & W. W. Powell (1983) ‘The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields’, American Sociological Review 48: 147-160.
  • DiMaggio, P. J., & W. W. Powell (1991) ‘Introduction’ in W. W. Powell and P. J. DiMaggio (eds) The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago: University of Chicago Press, p.1-38.
  • Fligstein N., MacAdam D. (2011), Toward a general theory of strategic action fields, Sociological theory, vol. 29, n° 1, p. 1-26.
  • Friedberg, E. (2000) ‘Comment lire les décisions ?’, Cultures et conflits 36: 51-64.
  • Friedberg, E. (2009) Nouvelle introduction à la réédition du Phénomène bureaucratique de M. Crozier en langue anglaise, chez Transaction publishers.
  • Kraatz, M. S., & E. J. Zajac (1996) ‘Exploring the Limits of the New Institutionalism: the Causes and Consequences of Illegitimate Organizational Change’, American Sociological Review 61 (5): 812-836.
  • Lawrence et Suddaby (2006), “Institutions and Institutional Work”, in Clegg S. R., Lawrence T. B., Nord W. R. (eds), Handbook of Organization studies, 2nd edition, London, Sage, p. 215-254.
  • March, J. ‘Continuity and Change in Theories of Organizational Action’, Administrative Science Quarterly 41 (2): 278-287.
  • March, J. (1978) ‘Bounded Rationality, Ambiguity, and the Engineering of Choice’, Bell Journal of Economics 9 (2): 587-608.
  • March, J. & H. Simon (1993) ‘Introduction to the second edition’, Organizations, Cambridge (MA), Blackwell, pp. 1-19.
  • McAdam, D. et W. R. Scott (2005) ‘Ch.1. Organizations and movements’, in Davis, G. F., et al. (eds) Social Movements and Organization Theory, New York, Cambridge University Press, pp.4-40.
  • Meyer, J. W. & B. Rowan. (1977) ‘Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony’, American Journal of Sociology 83: 340-363.
  • Musselin, C. (2005) : « Sociologie de l’action organisée et analyse des politiques publiques : deux approches pour un même objet ? », Revue Française de Science Politique, 55(1), p. 51-71.
  • Rao, H., P. Monin & R. Durand (2003) ‘Institutional Change in Toque Ville: Nouvelle Cuisine as an Identity Movement in French Gastronomy’, American Journal of Sociology 108 (4): 795-843.
  • Reed, M. (2009) ‘Ch.25 Bureaucratic theory and intellectual renewal in contemporary organization studies’, in Adler, P. (ed.) The Oxford Handbook of Sociology and Organization Studies: Classical Foundations, New York (NY), Oxford University Press, pp. 559-584.
  • Snow, D. A., E. Burke Rocheford, R. D. Benford & S. K. Worden (1986) ‘Frame alignment processes, micromobilization, and movement participation’, American Sociological Review 51 (1): 464-481.
  • Tolbert P., Zucker L. (1983), Institutional sources of change in the formal structure of organizations: the diffusion of civil servant reform, Administrative Science Quarterly, vol. 28, p. 22-39.