Accueil > Climat, environnement : faut-il réécrire l'histoire ?

IFCO 2285 - Climat, environnement : faut-il réécrire l'histoire ?

Type d'enseignement : Cours magistral seul

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

Ce cours n'appelle pas de prérequis particuliers, sinon ce qui est attendu d'un étudiant de master à Sciences Po. La langue de l'enseignement est le français.

Descriptif du cours

Le cours de l'année dernière a examiné en détail l'hypothèse d'une nouvelle ère géologique, l'Anthropocène. Nous partirons donc des conclusions de cette enquête (cf. le numéro spécial des Annales. Histoire. Sciences Sociales, « Anthropocène, Sciences, Environnement », 2017/1) : derrière ce débat technique - géologique, historique et climatique – se cachent des enjeux majeurs, intellectuels et politiques. Il s'agit ni plus ni moins que de repenser la modernité, la globalisation, l'émancipation et la liberté, dans un contexte de tensions géopolitiques et physiques croissantes. Dans le débat sur le changement profond des modèles appelé par les enjeux environnementaux et climatiques, les sciences ont été jusqu'ici relativement épargnées par les critiques. Or, la plupart des disciplines des sciences humaines et sociales – la sociologie, la géographie, l'anthropologie,… - se sont constituées comme science à la fin du XIXe siècle, lorsque triomphait l'industrialisation et les énergies fossiles, accordant une place très limitée aux changements environnementaux et climatiques, et aux limites des ressources naturelles. À partir du dernier état de la recherche et de la question de la temporalité, ce cours propose un changement de paradigme profond, pour des sciences ouvertes à la multiplicité des collectifs humains et non-humains.

Enseignants

  • CAPELLINI CARVALHO DE OLIVEIRA, Nathalia (Etudiante doctorante)
  • QUENET, Grégory (Professeur des Universités)

Format pédagogique

Compte tenu de la nouveauté des approches présentées, à la pointe de la recherche en train de se faire, il n'existe pas de manuel ou de livre de référence qui se substituerait au cours. Le format pédagogique sera donc celui d'un cours magistral, laissant du temps pour les questions et les discussions. Pour aérer ce format, des intervenants extérieurs seront invités, présentant des travaux en dialogue avec le cours sans en suivre nécessairement les interprétations, afin de susciter le débat. Le teaching assistant organisera deux séances de tutorat en dehors de l'horaire du cours.

Mode de validation

1. Fiche de lecture sur un article en liaison avec le thème d'une séance. La séance en question sera définie lors du premier cours et l'article choisi parmi une bibliographie fournie par Nathalia Capellini. La fiche doit être comprise entre 8 000 et 10 000 signes espace compris. Le plan idéal est : une page pour le résumé de l'article, le reste en commentaire à partir d'une mise en relation avec d'autres travaux (dont les références – limitées à trois - seront fournies en note). Ce format correspond à celui des comptes rendus demandés par les grandes revues scientifiques. 25 % de la note finale (à rendre par mail avant la séance concernée à nathalia.capellinicarvalhodeoliveira.scpo@analyse.urkund.com 2. Exercice « tribunal de l'histoire » : lors de la première séance, seront formés dix groupes qui prépareront une plaidoirie pour le « Tribunal de l'histoire » lors de la dernière séance, le 24 avril. L'exercice consistera à organiser un tribunal fictif qui se tiendrait en 2050 pour juger de la responsabilité historique dans le changement climatique, en tenant compte des projections actuelles des modèles. Chaque groupe désignera un orateur pour le représenter en dix minutes, la note sera commune au groupe. Une liste indicative de sujets sera proposée. L'audience jouera le rôle de jury populaire. 15% de la note finale 3. Le dossier de recherche individuel consistera à raconter une autre histoire – environnementale et climatique– à partir de (au choix) : - un lieu - une date / un événement / une période - un personnage humain - un non-humain - une controverse – un mot / un concept. La taille de ce dossier est comprise entre 15 000 et 20 000 signes (bibliographie et espace compris). 60 % de la note finale (à rendre par mail à gregory.quenet.scpo@analyse.urkund.com et en format papier le 24 avril).

Charge de travail

Chaque séance sera accompagnée d'un article à lire pour approfondir. La charge de travail principale consistera à s'approprier une approche historique (l'histoire environnementale) et des méthodes (celles des humanités environnementales) dont vous n'avez pas l'habitude. Ensuite, votre rôle sera de faire le plus de liens possibles avec les connaissances dont vous disposez déjà (historiques, philosophiques, géographiques, sociologiques, esthétiques,…) pour évaluer les apports de cette nouvelle perspective sur le climat et l'environnement.

Lectures principales demandées

  • « Anthropocène, Environnement, Sciences », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 2017, n° 1
  • FRESSOZ Jean-Baptiste, GRABER Frédéric, LOCHER Fabien, QUENET Grégory, Introduction à l'histoire environnementale, Repères La Découverte, 2014
  • MCNEILL John R., Something New Under the Sun: An Environmental History of the 20th-century World, New York, Norton, 2000; trad. fr. P. Quelque chose de neuf sous le soleil. Une histoire environnementale du XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2010. Rééd., Paris, Points-Seuil, 2013
  • LATOUR Bruno, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015

Plans de cours et bibliographies

  • Séance n°1 : Introduction: les enjeux de l'Anthropocène
  • Séance n°2 : Ecrire l'histoire autrement : l'histoire environnementale
  • Séance n°3 : Le naturalisme et ses effets historiques
  • Séance n°4  Repenser le social
  • Séance n°5 : L'histoire environnementale de la guerre
  • Séance n°6  : L'histoire environnementale de la Russie
  • Séance n°7  : L'histoire environnementale de l'Afrique
  • Séance n°8 :  Histoire environnementale globale des îles paradisiaques
  • Séance n°9 : Récits et formes narratives
  • Séance n°10  : Art et écologie
  • Séance n°11 :  Atelier d'écriture : l'histoire environnementale de la nation
  • Séance n°12  : Le tribunal de l'histoire

Bibliographie

  • Bonneuil Christophe, Fressoz Jean-Baptiste, L'événement Anthropocène, Paris, Le Seuil, 2013.
  • Charbonnier Pierre, La fin d'un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, Paris, CNRS Editions, 2015
  • Cronon William, Nature et récits. Essais d'histoire environnementale, présentés par Grégory Quenet, Paris, Editions du Dehors, 2015.       
  • Edwards Paul, A vast machine. Computers models, climate data, and the politics of global warming, MIT Press, 2010.    
  • Fressoz Jean-Baptiste, Graber Frédéric, Locher Fabien, Quenet Grégory, Introduction à l'histoire environnementale, Repères La Découverte, 2014
  • Grove Richard. Les îles du Paradis. Présenté par Grégory Quenet, La Découverte, 2013           
  • Larrère Catherine, Larrère Raphaël, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte, 2015.       
  • Latour Bruno, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015.
  • McNeill John R., Something New Under the Sun: An Environmental History of the 20th-century World, New York, Norton, 2000; trad. fr. P. Quelque chose de neuf sous le soleil. Une histoire environnementale du xxe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2010. Rééd., Paris, Points-Seuil, 2013.
  • Mouhot Jean-François, Des esclaves énergétiques : réflexions sur le changement climatique, Seyssel, Champ Vallon, 2011
  • Quenet Grégory, Qu'est-ce que l'histoire environnementale ?, Seyssel, Champ Vallon, 2014