Accueil > Le digital, changement de paradigme de la communication

KCOM 4070 - Numérique : l'ère de la pensée disruptive

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Avoir un minimum de connaissances sur les tendances en digital, comprendre les évolutions technologiques et être curieux sur les conséquences du numérique dans le secteur public en particulier (organisation de l'Etat).

Descriptif du cours

Le cours sera dédié à la problématique de la « disruption digitale ». Nous expliquerons comment la révolution numérique a imposé de nouvelles approches méthodologiques en création, et surtout cognitives en stratégie. Nous analyserons dans un premier temps comment le numérique a bouleversé l'organisation des agences de communication et de leurs métiers. Nous étudierons également comment cette transformation a fait tomber les frontières entre économie et communication, pour comprendre les implications et les opportunités que cela fait naître pour ceux qui arrivent sur le marché du travail. Puis nous nous concentrerons sur la compréhension des enjeux de la disruption comme réponse stratégique créative et politique à la digitalisation du monde. Le parti-pris de ce cours est de faire un cas pratique, non pas pour une marque, mais pour l'Etat. Les étudiants par groupe de 4 devront travailler en imaginant être les «disrupteurs digitaux» des principaux ministères.

Enseignants

PONS, Arno (Directeur général, 5ème gauche)

Format pédagogique

Pendant les cours les groupes devront avancer sur leur mission en présentant à l'enseignant et aux autres groupes les différentes étapes du projet (format atelier créatif/collaboratif) en appliquant le protocole suivant: 1- Choisir une mission précise dans un ministère dont on sent que le numérique peut potentiellement être central 2-Faire un mapping des forces vives déjà en place sur cette problématique (benchmarker et auditer tous les acteurs publics et privés : entreprises, associations, …et surtout les start-up). 3- Identifier les start-up les plus pertinentes pour répondre à la mission choisie, et surtout identifier leurs freins, leurs attentes, afin que l'Etat puisse se rendre utile. 4-Imaginer une idée innovante qui permette à l'Etat de déléguer cette mission aux start-up identifiées en leur donnant un cadre et un mandat précis.

Mode de validation

Travail oral et écrit: 1) Évaluation collective orale et écrite sur la base du brief « Disruptons la république » >50% de la note finale; 2) Actualité individuelle. Les étudiants devront suivre assidûment l'actualité communication/marketing digital ou technologique. Chaque semaine, durant quinze minutes, l'un d'entre eux proposera son analyse d'un fait marquant de l'actualité en le mettant en perspective avec la thématique du jour. Il sera évalué sur sa pertinence ainsi que sur sa capacité à générer un débat dans la classe >40% de la note finale (présentation orale + qualité du support écrit); 3) Participation et assiduité. Les étudiants devront s'impliquer activement dans le cours : au-delà de leur assiduité, ils seront évalués sur leur participation aux débats, aussi bien lors du cours de l'enseignant que des interventions des étudiants >10% de la note finale.

Lectures principales demandées

  • Nicolas Colin et Henri Verdier, L'âge de la multitude, Armand Colin édition 2015
  • Rifkin, (Jeremy), La nouvelle société du coût marginal zéro, LLL éditions 2014
  • Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Armand Colin 2016
  • Laurent Moisson, Napoléon, Hannibal qu'auraient-ils fait du digital, Manitoba 2016
  • Michel Lallement, L'âge du faire : Hacking, travail, anarchie, Seuil 2015

Lectures complémentaires demandées

  • Babinet, (Gilles), L'ère numérique, un nouvel âge de l'humanité, Broché, 2014
  • Serres, (Michel), Petite poucette, Broché, 2012
  • Beaude, (Boris), Les fins d'internet, fyp éditions 2014
  • Soudoplatoff, (Serge), Le monde avec Internet, fyp éditions 2012
  • Rémy Rieffel, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Folio 2014