Accueil > Institutions et politiques du développement

KINT 3595 - INSTITUTIONS ET POLITIQUES DU DÉVELOPPEMENT

Type d'enseignement : Cours magistral seul

Semestre : Automne 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

Connaissances de base en macroéconomie.

Descriptif du cours

Le cours a pour objet de présenter les différents paradigmes du développement dans l'action internationale. Ce cours permettra de mener une réflexion sur les changements dans les approches du développement et la manière dont les idées sont traduites en politiques dans les institutions internationales, mais aussi les multiples lieux de production des politiques publiques de coopération et de développement.

Enseignants

  • GABAS, Jean-Jacques (Chercheur détaché de l'Université Paris Sud)
  • GERONIMI, Vincent (Maître de conférences des universités)

Format pédagogique

Cours magistral de 2 heures dont ½ heure de débat avec les étudiants à chaque séance.

Mode de validation

Un examen écrit en fin de semestre 70% ; un exposé individuel 30%.

Lectures principales demandées

  • GEMDEV, 2009, Savoirs et politiques de développement, Karthala
  • Meier G., Stiglitz J. (eds.), 2002, Aux frontières de l'économie du développement » sld J. Stiglitz, Washington : Banque mondiale et Eska
  • North D., 2005, Le processus du développement économique, Paris : éditions d'Organisation
  • Une bibliographie sélective sera fournie à chacune des séances

Plans de cours et bibliographies

Séance 1 : Introduction générale 

  • Présentation générale du cours et des règles de validation. Introduction générale à l’économie politique du développement et à la façon dont la pensée a été construite dans les Institutions en charge des politiques de développement. Par institutions = les Organisations Internationales (OI), ONG, fondations, centres de recherches, administrations nationales/agences de coopération, administrations nationales dans les pays en développement/émergents. Dresser un panorama avec les spécificités de chacune et replacer les espaces de concertations en particulier celui du CAD/OCDE dans cet ensemble.
  • Séance 2 : Les différents courants de pensée sur le développement. Du développement au développement durable.  Quels débats au sein des OI comme à la Banque mondiale?
  • Séance 3 : La mesure du développement dans les OI. Enjeux des indicateurs. Comment science et politique se conjuguent. La mesure des ODD.  
  • Séance 4 : La prise en compte de l’environnement. Du développement à la durabilité d’un processus de développement : un concept mou ? Soutenabilité ou durabilité ?
  • Séance 5 : La prise en compte d’une variable clé : la vulnérabilité. Nature de cette variable, ses caractéristiques et traitement dans les OI en particulier BM et UE en matière de mesures préconisées.
  • Séance 6 : Vulnérabilité + instabilité : traitement dans les enceintes internationales des instabilités des prix agricoles.
  • Séance 7 : L’ajustement structurel : du consensus de Washington au post-consensus? Une évolution réelle ou discursive?
  • Séance 8 : Le passage du thème du développement à la Lutte contre la pauvreté et les inégalités. Notion de trappe à pauvreté et big push comme thème récurrent.
  • Séance 9 : La question de la place de l’agriculture dans un processus de développement. Histoire de la pensée.
  • Séance 10 : Agriculture et développement (suite) : réflexions au sein des grandes institutions internationales. Approche en termes démo-économique. Comment se posent les débats entre agriculture familiale et agro-business ?
  • Séance 11 : Patrimoine et développement. Culture et développement.
  • Séance 12 : Conclusion générale

Informations biographiques

Jean-Jacques Gabas est chercheur au CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) au sein de l’UMR Acteurs, ressources et territoires dans le développement (ART-DEV). Economiste, il a été maître de conférences/HDR à l’université Paris Sud/XI depuis 1982 et enseigne à Sciences Po Paris et à Paris I Panthéon-Sorbonne dans le master CIAHPD (Coopération internationale, action humanitaire et politique de développement) depuis 1999. Il est président d’honneur du GIS-GEMDEV (Groupement pour l’étude de la mondialisation et du développement, réseau de chercheurs réunissant plus de cinquante équipes de formation doctorales principalement en Ile-de-France). Après avoir été assistant technique en Côte d’ivoire au ministère du plan entre 1976 et 1978 il a effectué de nombreuses missions pour l’OCDE/Club du Sahel en Afrique de l’ouest et centrale. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur les politiques de coopération, dont « Le temps de la Chine en Afrique » aux éditions Karthala (2012) et codirigé plusieurs numéros de revues dont « La mesure du développement » Revue Tiers-monde (2013) et « les transformations dans le système de la coopération pour le développement » Revue Mondes en développement(2014). Ses travaux actuels portent sur l’analyse des acteurs émergents et en particulier chinois et brésiliens en Afrique sub-saharienne avec le Centre technique agricole (CTA) et l’Agence française de développement (AFD) dans le secteur agricole.  D’autre part, il travaille sur les transformations dans le financement des politiques agricoles en Afrique subsaharienne.
Vincent Geronimi est directeur adjoint du Cemotev (Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités). Economiste, il est maître de conférences/HDR à l’université Versailles St Quentin en Yvelines (Université Paris-Saclay) depuis 1993 et enseigne à Sciences Po Paris, à l’IEP St Germain, et à l’Université de Sceaux. Co-responsable du master ETADD (Economie Théorique et Appliquée du Développement Durable) de l’Université de Versailles, il est président d’honneur du GIS-GEMDEV (Groupement pour l’étude de la mondialisation et du développement). Il a publié de nombreux ouvrages sur le développement économique et le développement durable, avec une attention particulière aux thématiques de la vulnérabilité, du patrimoine et de l’insularité Quelques ouvrages : « Le temps dans les sciences sociales », en 2016, Karthala ; « Vulnérabilités : questions de recherche en sciences sociales », en 2013 Presses universitaires de Fribourg. ; « Méthodologies d’évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité », en 2012, AFD ;  et avec Jean-Jacques Gabas « Développement : savoirs et politiques en question », 2008, Karthala. Quelques articles en 2015, dont « Le tourisme comme facteur de vulnérabilités ? Le rôle des patrimoines insulaires », Région et Développement n°42-2015 ; « Soutenabilité et migrations dans les économies insulaires: quels enjeux pour la Nouvelle-Calédonie ? », Mondes en développement vol. 43, 2015/4, n°172 ; Economic evaluation of urban heritage: An inclusive approach under a sustainability perspective, Journal of Cultural Heritage, 2015.