Accueil > Gouverner (par) les chiffres

KINT 4665 - Gouverner (par) les chiffres

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Aucune formation en statistique n'est requise pour ce cours. Les données quantifiées (indicateurs, statistiques, comptabilités, évaluations financières) constituent l'objet d'étude de ce séminaire. La perspective analytique retenue est celle d'une sociologie politique qualitative des quantifications de l'action publique.

Descriptif du cours

Dans un contexte où se multiplient les diagnostics d'un envahissement des sociétés et des gouvernements par les nombres [Supiot, 2015 ; Rey, 2016], les soupçons les plus graves se développent : les chiffres ne confisquent-ils pas la démocratie ? Le premier objectif de ce séminaire est de saisir l'importance de distinguer les différentes formes de chiffres du gouvernement pour éviter les jugements globalisants : certains chiffres (du chômage, de l'épidémiologie, etc.) sont capitaux au pilotage des sociétés. Pour cela, il s'agit d'envisager les quantifications comme des institutions, objets de politiques spécifiques, et de proposer une grille d'analyse sociologique des politiques (souvent « discrètes ») de quantification : qui compte quoi ? Comment ? Avec quels effets politiques ? Telles sont les questions essentielles qui sont posées dans la première partie du séminaire (séances 2 à 5) qui permettent de basculer d'une interrogation sur le gouvernement par les chiffres à une analyse du gouvernement des chiffres.
Dans la deuxième partie du séminaire (sessions 6 à 8) est proposée une mise en perspective historique de l'envahissement des sociétés par les chiffres, qui permet de distinguer trois grands types de quantification aux effets politiques distincts : les statistiques, les comptabilités, les évaluations financières. La présentation de la « révolution probabiliste » qui s'opéra aux XIXe et XXe siècles, qui eut une incidence colossale sur les modes de gouvernance (expérimentation, gestion des risques, systèmes assurantiels) fait l'objet d'une attention spécifique.
La dernière partie du séminaire est dédiée à l'application des grilles d'analyse présentées (systémiques, typologiques) sur des exemples contemporains de quantification (sessions 9 à 12). Le séminaire revendique une grille de lecture pertinente à l'échelle internationale. L'ensemble des séances s'appuient sur des exemples français et étrangers, dans une perspective le plus souvent comparatiste, mais aussi liés à des contextes internationaux d'action (OCDE, Banque mondiale, Unesco, Union européenne, etc.). Le séminaire fait l'objet d'un travail en atelier qui pourra, dans la mesure du possible, être organisé en lien avec deux ateliers du module « Mapping controversies ».

Enseignants

à définir

Format pédagogique

Langues de travail : Français et anglais Les introductions des séances sont réalisées en français mais les textes sont proposés en anglais et les exposés et les discussions peuvent être réalisés dans la langue choisie par les étudiants (anglais ou français).
Après la séance d'introduction, les onze sessions suivantes s'organiseront en trois temps : un premier temps de retour sur les conclusions tirées de la précédente séance et d'introduction des enjeux de la séance nouvelle (20-30') ; un deuxième temps dédié à la présentation des textes proposés à la lecture par les étudiants volontaires (60-80') ; un troisième temps consacré à l'atelier collectif (30-40') dont le sujet aura été présenté lors de la première session et arrêté lors de la deuxième session. Chaque présentation orale des textes par les étudiants dure approximativement 15', un temps équivalent étant réservé à la discussion collective et aux commentaires de l'animateur.

Mode de validation

L'évaluation des étudiants sera réalisée sur la base de trois notes :
(i) la présentation du texte et le document préparatoire à cet exposé qui sera transmis au professeur produiront une note qui sera affecté du coefficient 40% ;
(ii) le document de synthèse produit à l'issu de l'atelier collectif par chaque groupe composés de 4 à 6 étudiants sera noté et affecté d'un coefficient 50% ;
(iii) la présence et la participation aux discussions au sein des séances feront l'objet d'une note affectée du coefficient 10%.

Lectures principales demandées

  • Alonso, William et Paul Starr (Ed.), 1987. The Politics of Numbers. Russel Sage Fondation, New York.
  • Anderson, Margo J., and Stephen E. Fienberg. 1999. Who Counts? The Politics of Census-Taking in Contemporary America. New York, Russell Sage Foundation, New York.
  • Bardet, Fabrice, La contre-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent, Paris, Les Belles Lettres, 2014.