Accueil > Capital relationnel et Capital social

KSOD 2380 - Capital relationnel et capital social

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français, anglais

Pré-requis

Ce cours est ouvert à tous les étudiants en programme doctoral.

Descriptif du cours

Ce cours-séminaire introduit d'abord aux sociologies relationnelles contemporaines, puis confronte différentes théories et mesures du capital relationnel de l'individu et du capital social du collectif. Il présente ensuite un cadre conceptuel, celui de la sociologie néo-structurale, qui s'inscrit dans le prolongement de ces sociologies relationnelles et des structuralismes du XXème siècle, tout en dépassant leurs limites pour permettre l'utilisation de l'analyse de réseaux sociaux et organisationnels par une théorie de l'action collective. Les travaux empiriques servant d'illustration s'appuient sur des analyses de réseaux sociaux et organisationnels dans des milieux de pouvoir (professions, institutions publiques, marchés, etc.). L'accent est mis sur l'intérêt de la mesure, de la visualisation et de la modélisation des fonctionnements collectifs approchés sous l'angle de leurs infrastructures relationnelles. Cette focalisation a pour but de faire progresser la connaissance sociologique sur les processus sociaux génériques permettant aux acteurs de gérer les dilemmes de leurs actions collectives (notamment les infrastructures relationnelles sur lesquelles s'appuient solidarités, exclusions et désolidarisations ; socialisations et apprentissages ; contrôle social et résolution de conflits ; régulations et institutionnalisation ; etc.). La conclusion débouche sur les questions de recherche actuelles, notamment sur les effets de ces fonctionnements collectifs au niveau macro, par exemple sur le rendement différentiel de ces formes de capital de niveau méso-social sur les inégalités sociales.

Enseignants

LAZEGA, Emmanuel (Professeur des Universités)

Format pédagogique

Alternance d'intervention de l'enseignant, de discussion du texte de la séance, de questionnement des étudiant.e.s. Il s'agit de se familiariser avec les concepts, d'acquérir un début de culture technique en analyse de réseaux sociaux et organisationnels, de connaître des exemples d'utilisation empirique et de se préparer à mener une lecture critique de travaux de recherche. Tous les textes, sauf ouvrages disponibles seulement en bibliothèque, sont accessibles sur le moodle du cours.

Mode de validation

Deux travaux au choix sur trois: 1. Une fiche de lecture courte (10 pages minimum) sur un ouvrage ou article à choisir parmi une liste de livres proposée en cours ou à discuter avec l'enseignant. A rendre pour la semaine (afin d'éviter la surcharge de travail à la fin du semestre). 2. Rédaction d'un projet de recherche utilisant l'analyse de réseaux (suivant le format proposé dans le Chap. 1 du QSJ). 3. Participation à un programme de recherche de l'enseignant, à discuter début février. La répartition est 50% pour chacun des deux travaux.

Charge de travail

Chaque cours-séminaire sera associé à un texte illustratif des thèmes abordés en séance, à lire à l'avance pour pouvoir participer à la discussion collective.

Lectures principales demandées

  • Bourdieu P. (1980), « Le capital social, notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, 31:2-4.
  • White, Harrison C., Boorman, Scott A. and Breiger, Ronald L. (1976), “Social structure from multiple networks, I. Blockmodels of roles and positions”, American Journal of Sociology, 81:730-80.
  • Coleman, James (1988), « Social capital in the creation of human capital », American Journal of Sociology, Supplement 94: S95-S120
  • Flap, Henk (2002), « No man is an island », in O. Favereau and E. Lazega (eds), Conventions and Structures in Economic Organization. Markets, Networks and Hierarchies. London: Edward Elgar
  • Gabbay, Shaul, Leenders, Roger (eds.)(2001), Social capital of organizations, Amsterdam, Elsevier