Accueil > Sociologie politique des sciences

KSOD 2425 - Sociologie politique des sciences

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

L'objectif de ce cours est de donner aux étudiants du master de sociologie de Sciences-Po des clés pour construire leur réflexion sur les mutations contemporaines des rapports entre science et politique. Le cours mobilise plusieurs courants de réflexion sociologique qui ont fait l'objet de travaux récents : « nouvelle sociologie politique des sciences », sociologie politique des instruments d'action publique, sociologie de la production d'ignorance, sociologie des mobilisations collectives. Quatre grandes questions seront plus spécifiquement traitées. En premier lieu, le cours abordera la question des usages de la science par les pouvoirs publics, à travers une réflexion portant sur le renouvellement des formes du recours aux experts, d'une part, et sur la production des instruments d'action publique, de l'autre. Une seconde partie du cours portera sur la question des rapports entre savoir et ignorance dans les politiques de gestion des risques (sanitaires, environnementaux, financiers…). Y seront notamment discutés les travaux actuels sur la « fabrique du doute ». Une troisième partie du cours sera consacrée à l'étude de l'usage des savoirs par les mobilisations collectives. PLAN INDICATIF DES SEANCES (ET BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE POUR CHAQUE SEANCE) : Séance 1. (Introduction) Savoir et pouvoir. Vieux problèmes, nouveaux enjeux - Bachrach P., Baratz M.S. “Two faces of power”, American Political Science Review, 56, 04, 1962, p. 947-952. - Bérard Y., Crespin R., « Objet flou, frontières vives. L'expertise entre savoirs et pouvoirs », in Bérard Y. et Crespin R. (dir.), Aux frontières de l'expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Rennes, PUR, coll. « Res publica », 2010, p. 15-31. - Deloye Y., Ihl O., Joignant A. (dir.), Gouverner par la science: perspectives comparées, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2013. - Foucault M., « Introduction au cours Sécurité, territoire, population », du 11/1/1978, Seuil/La Licorne ; « La gouvernementalité », cours du 1/2/1978, Dits et écrits, T. III, p. 635-657 ; « Naissance de la bio-politique », cours du 10/1/1979, Seuil/La Licorne. - Ihl O. et al. (dir.), Les sciences de gouvernement, Paris, Economica, 2003. - Laborier P. et al. Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, PUF, 2011. - Latour B., La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La découverte, 1989. - Latour B., Politique de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, LA découverte, 1999. - Senellart M., Les Arts de gouverner, Paris, Seuil, 1995. Première partie : L'usage des sciences dans les politiques publiques Séance 2. Quantifier et gouverner : interroger le sens des mesures - Best J., Damned Lies and Statistics: Untangling Numbers from the Media, Politicians and Activists, Berkeley, University of California Press, 2001. - Desrosières A., La politique des grands nombres : Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte,‎ 2000, 2e éd.. - Desrosières A., « Décrire l'État ou explorer la société : les deux sources de la statistique publique », Genèses, n° 58, ‎ janvier 2005, p. 4-27. - Fortané N., « La carrière des « addictions » », Genèses, vol. 78, n° 1, 2010, p. 5-24. - Ogien A., « La valeur sociale du chiffre. La quantification de l'action publique entre performance et démocratie », Revue Française de Socio-Économie, vol. 1, n° 5, 2010 p. 19-40. - Peretti-Wattel P., « Du recours au paradigme épidémiologique pour l'étude des conduites à risque », Revue française de sociologie, vol. 45, n° 1, 2004, p. 103-132. - Porter T., Trust in numbers, Princeton, Princeton University Press, 1995. Séance 3. Le recours aux experts et ses mutations contemporaines - Benamouzig D., Besançon J., 2005, Administrer un monde incertain : les nouvelles bureaucraties techniques. Le cas des agences sanitaires en France, Sociologie du travail, vol. 47, n° 3, 301-322. - Bérard Y., Crespin R. (dir.), Aux frontières de l'expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Rennes, PUR, coll. « Res publica », 2010. - Berg M., 1995, Turning a Practice into a Science: Reconceptualizing Postwar Medical Practice, Social Studies of Science, 25, 3, 437-476. - Buton F., « De l'expertise scientifique à l'intelligence épidémiologique : l'activité de veille sanitaire », Genèses. Sciences sociales et histoire, vol .65, p. 71-91. - Collins H., Evans R., Rethinking Expertise, Chicago, The University of Chicago Press, 2007. - CRESAL, Les Raisons de l'action publique, entre expertise et débat, Paris, L'Harmattan, 1993. - Dumoulin L., La Branche S., Robert C., Warin P. (dir.), Le Recours aux experts. Raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 2005. - Henry E., Gilbert C., Jouzel J.-N., Marichalar P. (dir.), Dictionnaire critique de l'expertise. Santé, environnement, travail, Paris, Presses de SciencesPo, 2015. - Hilgartner S., Science on Stage. Expert Advice as Public Drama, Stanford, Stanford University Press, 2000. - Jasanoff S., The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers, Cambridge, Harvard University Press, 1990. - Lascoumes P., « L'expertise, de la recherche d'une action rationnelle à la démocratisation des connaissances et des choix. », Revue française d'administration publique, vol. 3, n° 103, 2002, p. 369-377 - Medvetz T., « Les think tanks dans le champ du pouvoir étasunien », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 44-55 - Robert C., « Chapitre 11 : Expertise et action publique », Politiques publiques 1, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), «Académique », 2008, 368 pages Séance 4. La fabrique des instruments d'action publique : d'où viennent les outils de gouvernement ? - Castel P., « Les recommandations de bonnes pratiques comme objet heuristique pour la sociologie de la médecine (Commentaire) », Sciences sociales et santé, 24, 2, 2006, 105-112. - Crespin R., « Connaître ou informer : la carrière sociale des tests ELISA/VIH dans deux enquêtes épidémiologiques en France et aux Etats-Unis », Sciences Sociales et Santé, 2006, 24, 4, 53-89. - Crespin R., « Quand l'instrument définit les problèmes », In : Gilbert G., Henry H., Comment se construisent les problèmes de santé publique, La Découverte, 2009, 213-236. - Crespin R., Danic B., « Instrumenter les crises sanitaires : une solution politique ? Le cas des contre-indications au don de sang » In Charbonneau J., Tran N., (eds.), Le don de sang dans le monde : une réflexion sur l'altruisme, la solidarité et l'étranger, Presses de l'EHESP, 2012, 263-290. - Lascoumes P., Le Galès P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de sciences Po. - Lascoumes P., Simard L., « L'action publique au prisme de ses instruments. Introduction», Revue française de science politique, vol. 61, n° 1, 2011, p. 5-22. - Moisdon J-.C. (dir.), Du mode d'existence des outils de gestion. Les instruments de gestion à l'épreuve de l'organisation, Paris, Seli Arslan, 1997. - Timmermans S., Berg M., « Standardization in Action: Achieving Local Universality through Medical Protocols », Social Studies of Science, vol. 27, n° 2, 1997, p. 273-305. Deuxième partie : L'ignorance comme ressource politique Séance 5. Les industriels et la production stratégique de l'ignorance - Decorte T., « Blinding Ourselves with Science: The Chronic Infections of Our Thinking on Psychoactive Substances », In G. Hunt, M. Milhet et H. Bergeron (Eds.), Drugs and Culture. Knowledge, Consumption and Policy, Ashgate, 2011, p. 34-51. - Henry E., « Nouvelles dynamiques de savoirs et permanence des rapports de pouvoir. L'impact limité des transformations importantes de l'expertise en santé au travail », Revue française de science politique, vol. 61, n° 4, p. 707-726. - Markowitz G., Rosner D., Deceit and Denial. The Deadly Politics of Industrial Pollution, Berkeley, University of California Press, 2002. - McGarity, T., Wagner W. E., Bending Science: How Special Interests Corrupt Public Health Research, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2008. - McGoey, L., «The logic of strategic ignorance », The British Journal of Sociology, vol. 63, 2012, p. 533–576. - Oreskes N., Conway E., Merchants of Doubt. How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco smoke to Global Warming, New York (NY), Bloomsbury, 2010. - Proctor R., Golden Holocaust. Origins of the Cigarette Catastrophe and the Case for Abolition, Berkeley (CA), University of California Press, 2012. - Proctor, R., Schiebinger, L., Agnotology: The making and unmaking of ignorance, Palo Alto, Stanford University Press, 2008. Séance 6. L'institutionnalisation de l'ignorance - Frickel S., Gibbon S., Howard J., et al., “Undone Science: Charting Social Movement and Civil Society Challenges to Research Agenda Setting Science”, Technology, & Human Values, vol. 35, n°. 4, 2010, p. 444-473. - Frickel S., Moore K. (eds), The New Political Sociology of Science. Institutions, Networks, and Power, Madison, University of Wisconsin Press, 2006. - Frickel S., Vincent M.-B., « Hurricane Katrina, Contamination and the Unintended Organization of Ignorance », Technology in Society, vol. 29, n°2, 2007, p. 181-188. - Jouzel J.-N, Dedieu F., « Rendre visible et laisser dans l'ombre » Savoir et ignorance dans les politiques de santé au travail, Revue française de science politique, vol. 63, n° 1, p. 29-49. - Murphy, M., Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty, Durham, NC: Duke University Press, 2006. - Nash, L., The fruits of ill-health: pesticides and workers' bodies in post-World War II California, Osiris, n° 19, 2004, p. 203-219. - Rayner S., “Uncomfortable knowledge: the social construction of ignorance in science and environmental policy discourses”, Economy and Society 41: 107-125. 2012. Troisième partie : La science et les mobilisations collectives Séance 7 : Entre « perception sociale » et « savoir profane » : faire connaître pour se faire reconnaître - Akrich M., Barthe Y., Rémy C., « Les enquêtes profanes et la dynamique des controverses en santé environnementale » In M. Akrich, Y. Barthe, C. Rémy (dir.), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines, 2010, p.7-52. - Allen B. L., “Environmental Justice and Expert Knowledge in the Wake of a Disaster”, Social Studies of Science, vol. 37, n° 1, 2007, p. 103-110. - Allen B., “Shifting boundary work: Issues and tensions in environmental health science in the case of Grand Bois, Louisiana”, Science as Culture, vol. 13, n° 4, 2004, p. 429-448. - Berlivet L., « Argumentation scientifique et espace public. La quête de l'objectivité dans les controverses autour des « risques de santé » » In François B., Neveu E. (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 185-322. - Bloor M., “The South Wales Miners Federation, Miners' Lung and the Instrumental Use of Expertise. 1900-1950”, Social Studies of Science, vol. 30, n° 1, 2000, p. 125-140. - Brown P., “Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination: Lay and Professional Ways of Knowing”, Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, n° 3, 1992, p. 267-281. - Calvez M., Leduc S., Des environnements à risque. Se mobiliser contre le cancer. Saint-Cyr l'École, Vincennes, Nivillac, Paris, Presses de Mines, Coll. Sciences sociales, 2011. - Crespin R., « Drogues et sécurité routière. Changement politique ou nouvel usage des instruments ? », Revue française de science politique, vol. 56, n° 5, 2006, p. 813-836. - Jouzel J.-N., Prete G. "Devenir victime des pesticides. Le recours au droit et ses effets sur la mobilisation des agriculteurs Phyto-victimes", Sociologie du travail, vol. 56, n° 4, 2014, p. 435-453. - Lascoumes P., « Savoirs, expertises et mobilisations » In Damay L., Denis B., Duez D. (dir.), Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2011, p. 221-227. - Ollitrault S., « Les écologistes français, des experts en action », Revue Française de Science Politique, vol. 51, n° 1-2, 2001, p.105-130. - Weisbein J. Terral Ph, « Ce que savent les surfeurs : formes de traduction entre savoirs situés et registre expert dans le monde social du surf », in Bérard Y., Crespin R., Aux Frontières de L'expertise: Dialogues entre Savoirs et Pouvoirs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 65-77. Séance 8. La réception publique des savoirs : une question de démocratie technique ? - Barbier R., « Quand le public prend ses distances avec la participation. Topiques de l'ironie ordinaire», Natures Sciences Sociétés, 2005, vol. 13, p. 258-265. - Blondiaux L., Fourniau J.-M., « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations n° 1, 2011, p. 8-35. - Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, 2001. - Demailly L., « Variations de la « démocratie sanitaire » et politique publique de santé mentale en France », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 18 juin 2014, consulté le 06 juillet 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4653. - Joly P.-B., Marris C., Hermitte M.A., “À la recherche d'une “démocratie technique”. Enseignements de la Conférence Citoyenne sur les OGM en France”, Nature, Science et Société, vol. 11, 2003, p. 3-15. Séance 9. (Conclusive) la mondialisation de la science : vers un monde consensuel? - Boudia S., Henry E. (dir.), La mondialisation des risques, Rennes, PUR, 2015. - Demortain D., La mondialisation des experts, Ellipses, coll. La France de demain, 2012. - Hibou, B., La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale, Paris, La découverte, 2012. - Lieberman E. S., Boundaries of Contagion: How Ethnic Politics Have Shaped Government Responses to AIDS, Princeton University Press, 2009. Séances 10, 11 et 12 : présentation des travaux des groupes d'étudiants Bibliographie générale indicative : - Bérard Y., Crespin R. (dir.), Aux frontières de l'expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Rennes, PUR, coll. « Res publica », 2010. - Boudia S., Henry E. (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, septembre 2015. - Brown P., “Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination: Lay and Professional Ways of Knowing”, Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, n° 3, 1992, p. 267-281. - Desrosières A., La politique des grands nombres : Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, 2e éd. - Frickel S., Moore K. (eds), The New Political Sociology of Science. Institutions, Networks, and Power, Madison, University of Wisconsin Press, 2006. - Jasanoff Sh., The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers, Cambridge, Harvard University Press, 1990. - Jouzel J.-N., Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée, Paris, Editions de l'EHESS, 2013. - Lascoumes P., Le Galès P., eds, 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de sciences Po. - Latour B., La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La découverte, 1989. - McGoey, L., « The logic of strategic ignorance », The British Journal of Sociology, vol. 63, 2012, p. 533–576. - Porter T., Trust in numbers, Princeton, Princeton University Press, 1995

Enseignants

  • CRESPIN, Renaud (Chargé de recherche 1ère Classe)
  • JOUZEL, Jean-Noël E. (Chargé de recherche - CNRS)

Mode de validation

Le cours s'achèvera par trois séances au cours desquelles les étudiants seront invités à présenter, par groupe, une étude de cas illustrant plusieurs des grandes problématiques étudiées (40% de la note). Outre cette présentation collective orale, un travail individuel écrit prenant la forme d'un « paper » d'une douzaine de pages sera demandé aux étudiants. Ce paper aura pour objectif de suivre un acteur d'une controverse publique choisie par l'étudiant, afin de restituer les logiques à l'œuvre dans son usage des savoirs. Il représentera 50% de la note. Enfin, une note de participation vaudra pour 10 % de l'ensemble.

Lectures principales demandées

  • - Boudia S., Henry E. (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, septembre 2015.
  • - Brown P., “Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination: Lay and Professional Ways of Knowing”, Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, n° 3, 1992, p. 267-281.
  • - Desrosières A., La politique des grands nombres : Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, 2e éd.
  • - Frickel S., Moore K. (eds), The New Political Sociology of Science. Institutions, Networks, and Power, Madison, University of Wisconsin Press, 2006.

Lectures complémentaires demandées

- Boudia S., Henry E. (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, septembre 2015.