Accueil > Gestion des crises et enjeux d’influence dans les pays en développement

OAFP 4695 - Gestion des crises et enjeux d'influence dans les pays en développement

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Aucun.

Descriptif du cours

Depuis la fin de la Guerre froide s'opère un remaniement important de la hiérarchie des puissances : un monde « occidentalo-centré » s'estompe sous nos yeux. Certaines régions du monde, avant tout en Asie, connaissent un développement économique rapide, qui se traduit par la montée en puissance d'États de plus en plus soucieux d'affirmer leurs forces nouvelles. À l'inverse, de vastes zones connaissent des dynamiques de déstabilisation, en particulier aux frontières Sud et Est du continent européen : l'Afrique de l'Ouest et le Sahel en sont des exemples qui concernent la France au premier chef. Ces enjeux s'inscrivent dans un cadre inquiétant, où l'accroissement démographique, la raréfaction des ressources non renouvelables et les effets du changement climatique se conjuguent et génèrent de l'instabilité. Ce contexte est propice à la multiplication des crises qui, d'origine naturelle ou humaine, frappent en particulier les pays en développement. Aucun État ne peut à lui seul apporter de réponse aux crises les plus graves, qui entraînent la mobilisation régulière de la "communauté internationale". Celle-ci met en oeuvre des moyens importants pour apporter des secours dans l'urgence, puis pour contribuer à la stabilisation et à la reconstruction des régions et des États touchés. Cette gestion internationale des crises constitue un sujet complexe, avant tout par le nombre et la diversité des intervenants concernés. Les volumes financiers impliqués en font un enjeu économique important, dans des perspectives de court (les contrats correspondant à l'aide d'urgence et la reconstruction) comme de moyen-long terme (l'empreinte générale dans les pays en reconstruction). Susceptibles de bouleverser profondément les institutions, les sociétés et les tissus économiques des pays concernés, ces crises et leur gestion internationale constituent des enjeux disputés. À l'aide d'exemples concrets et en s'appuyant sur les témoignages d'acteurs de terrain, l'ambition du cours est de familiariser les étudiants avec : - les principales dynamiques (démographiques, politiques, économiques, sociales, etc.) qui sont en train de façonner le nouvel ordre du monde et leur potentiel « crisogène » ; - les modalités de la gestion internationales des crises, en décrivant les principaux intervenants et les grandes phases des opérations ; - la manière dont la France, et l'Europe, prennent (ou : devraient prendre) en charge ces enjeux. Des profils de responsables de haut niveau seront présentés, afin d'illustrer les profils professionnels liés à la gestion des crises. Dans la mesure du possible, l'intervention de hauts responsables français ayant/étant directement impliqués dans leur gestion sera organisée. Grandes parties : S1 – Introduction générale, présentation du cours et répartition des travaux ; Partie 1/ Vers un nouveau monde S2 – Retour historique : de l'hégémonie occidentale à un monde multipolaire ? ; S3 – Principales dynamiques de déstabilisation ; S4 – Aux marches Sud de l'Europe : l'Afrique et le Sahel. Partie 2/ Aperçus sectoriels S5 – L'architecture internationale de gestion des crises ; S6 – Les opérations de maintien de la Paix de l'ONU ; S7 – Grandeur et décadence des ONG ; S8 – Le dispositif français de gestion des crises ; S9 – Les crises, enjeux d'influence et enjeux économiques. Partie 3/ Illustrations S10 – Haïti ; S11 – Afghanistan ; S12 – Mali / Sahel.

Enseignants

AYME, Julien J. (Fondateur et président de GEFYRA SAS)

Format pédagogique

12 séances de 2h.

Mode de validation

Exposé (45%) – Travail individuel de 15mn ; Travail de recherche (45%) – Document d'une vingtaine de pages, à réaliser en groupe ; Note d'oral (10%).

Lectures principales demandées

Quand la France disparaît du monde, par Nicolas Tenzer, Ed. Grasset, 2008