Accueil > L'action spéciale

OAIN 2020 - L'ACTION SPECIALE

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Voir les plans de cours et bibliographies

Pré-requis

Ce séminaire s'adresse à tous les étudiants quels que soient leurs projets professionnels ou aspirations futures. Il nécessite des connaissances générales sur les questions internationales et celles de défense, une appétence pour les questions géopolitiques, pour l'histoire et la prospective. .

Descriptif du cours

L'action spéciale, qu'elle soit officielle sous la responsabilité des forces armées (on parle alors d'opérations spéciales) ou clandestine conduite par les « services », participe de la politique de sécurité des Etats. Cet enseignement propose à partir d'informations du domaine public une analyse à l'échelle nationale et internationale de ces modes d'engagement qui s'inscrivent aux cotés de l'action diplomatique ou militaire conventionnelle ; par ailleurs, pour tenir compte de l'évolution des menaces sur le territoire national et ses conséquences dans l'emploi des forces de sécurité intérieure, le séminaire comportera une information sur l'action des forces de sécurité intérieure (RAID, GIGN, GIPN). Le séminaire comprend douze séances de deux heures.

Enseignants

ROUSSELOT, Philippe (Conseiller Maître)

Format pédagogique

Chaque cours comportera trois séquences : la restitution de l'actualité « action spéciale » (15 mn), l'analyse succincte d'une ou plusieurs opérations connues (15mn), et enfin l'étude du thème principal (1H30) avec la participation éventuelle d'un intervenant extérieur. Les étudiants disposent de 15 minutes pour poser des questions ou exposer leur point de vue.

Mode de validation

La validation de l'enseignement repose sur : • une note (coefficient 0,15) pour la rédaction d'une fiche de 2 pages, sujet prédéfini, milieu de semestre ; • une note (coefficient 0,7) pour la rédaction d'un travail personnel d'une dizaine de pages sur un sujet défini par l'étudiant lui-même en concertation avec l'enseignant, fin de semestre ; • une note d'appréciation générale (coefficient 0,15) sanctionnant assiduité, participation, intérêt porté au sujet, restitution, etc. PAPERS IN ENGLISH ACCEPTED

Charge de travail

Assiduité et participation active aux cours, lectures signalées. Outre les travaux écrits, les étudiants auront à préparer à tour de rôle, la restitution de l'actualité « action spéciale » de la semaine passée.

Lectures principales demandées

  • Rapport d'information de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées sur « le renforcement des forces spéciales françaises » n°525, 2013-2014 ainsi que le compte rendu de l'audition le 18 mars 2015 par cette commission du Général commandant le COS (disponible sur le site du Sénat et sur le blog hestia.hypotheses.org)
  • Jeremy SCAHILL, Dirty Wars, le nouvel art de la guerre (Lux éditeur, 2014)
  • JC COUSSERAN et P. HAYEZ, chapitre 7 portant sur l'action clandestine, de l'ouvrage « Renseigner les démocraties, renseigner en démocratie », Odile Jacob, 2015
  • Philippe ROUSSELOT, Les forces spéciales américaines : vers une refondation ? (FMSH-WP-2016-108, mars 2016, téléchargeable sur HALSHS)
  • Dominique CHAMPTIAUX, les opérations spéciales et les actions clandestines, l'ENA hors les murs, n°442, juin 2014, disponible sur le blog hestia.hypotheses.org)

Lectures complémentaires demandées

  • Grégoire CHAMAYOU, Théorie du drone, La Fabrique éditions, 2013
  • Alain QUINET, « Quel rôle pour les forces spéciales françaises ? », Commentaire, 2013/3 (Numéro 143), 2013, pp. 493-500.
  • Bertrand WARUSFEL, Le cadre juridique incertain de l'action spéciale, hestia.hypotheses.org, 9 mars 2016
  • James D. KIRAS, Special Operations and Strategy, From World War II to the war on terrorism, Routledge, London – New York, 2006, 230 p.
  • Eliot A. COHEN, Commandos and politicians: elite military units in modern democracies, 40, Harvard studies in international affairs, Harvard University, 1978, 136 p.

Plans de cours et bibliographies

Session 1: Organisation du séminaire et présentation générale de l’action spéciale (composantes et thèmes connexes)

Lecture 

  • Dominique CHAMPTIAUX, les opérations spéciales et les actions clandestines, l’ENA hors les murs, n°442, juin 2014, disponible sur le blog hestia.hypotheses.org

Session 2:  La covert action au cœur des politiques successives de sécurité américaines. L'utilisation de l'action clandestine fonde pour une large part la politique de containment américaine contre l’expansion du communisme après la Seconde Guerre Mondiale. Cette session portera sur l’évolution du concept, son lien avec le pouvoir politique et son contrôle dans les sociétés démocratiques.

Lectures recommandées

  • Christopher ANDREW, For the President's Eyes Only: Secret Intelligence and the American Presidency from Washington to Bush, Harper Collins, 1996
  •  Britt SNIDER, The Agency and the Hill:CIA’s Relationship with Congress, 1946–2004,
  • The Center for the Study of Intelligence, CIA, Washington, DC, 2008, 389 p.(Oversight of covert action, in The Agency and the Hill - Part 2 Chapter 9 – (disponible sur le site www.cia.gov)
  •  Gildas LE VOGUER, Le renseignement américain entre secret et transparence, 1947-2013, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 210 p.

Session 3: La clandestinité est le fondement d’actions dont le commanditaire souhaite conserver la maîtrise par la préservation de son anonymat. Ces opérations, qui ressortent de la responsabilité de l’autorité politique et sont spécifiques des services spéciaux, se situent hors du droit commun. Au cours de cette session, un ancien membre des services fera part de son expérience en la matière

Session 4: Les forces spéciales américaines sont des unités des forces armées qui conduisent es qualités des opérations militaires, dites opérations spéciales. L’analyse du concept d’emploi et de son évolution aux Etats-Unis permet de mieux cerner les contours d’un mode d’engagement qui s’avère pertinent dans le contexte international actuel.

Lectures recommandées :

  • Jeremy SCAHILL, Dirty Wars, le nouvel art de la guerre (Lux éditeur, 2014)
  •  Philippe ROUSSELOT, Les forces spéciales américaines : vers une refondation? (FMSH-WP-2016-108, mars 2016, téléchargeable sur HALSHS)

Session 5: L’analyse de deux opérations emblématiques (opération SATANIQUE contre le navire amiral de l’organisation Greenpeace, le Rainbow Warrior, le 10 juillet 1985 et NEPTUNE’S SPEAR contre Ben Laden le 2 mai 2011) permet de mieux appréhender le rôle des différents acteurs (notamment le pouvoir exécutif) dans la conception et l’exécution de telles actions. La présentation sera suivie d’une réflexion collective.

La lecture préalable d’ouvrages ou d’articles sur les deux opérations est indispensable

  • Pierre LACOSTE, Xavier MANIGUET, Peter L. BERGEN) - Peter PANZERI, Killing Bin Laden - Operation Neptune Spear 2011, 2014, Osprey Publishing, 80 p.

Travail demandé :

  • Rédaction d’une fiche de deux pages sur ces deux opérations ; le thème exact sera donné en temps utile.

Session 6: Le Commandement des Opérations Spéciales, créé en 1992 pour tenir compte notamment des enseignements de la guerre du Golfe, conduit sous la responsabilité du Chef d’Etat-Major des Armées, l’engagement d’unités particulières dans un cadre spécifique où la dimension géopolitique est toujours présente. L’analyse concrète des diverses opérations réalisées depuis la création permet d’appréhender le concept d’emploi et de dresser une typologie (renseignement, action, opérations psychologiques, action civilo-militaire, etc.) Un des principaux responsables du commandement des opérations spéciales sera invité à cette occasion.

Lecture imposée

  • Rapport d’information de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées sur « le renforcement des forces spéciales françaises » n°525, 2013-2014  
  •  Compte rendu de l’audition le 18 mars 2015 par cette commission du Général commandant le COS (disponible sur le site du Sénat et sur le blog Hestia.org)

Session 7: Les sociétés privées de sécurité. Une partie de l’action régalienne de défense et de sécurité nationale est confiée, depuis plusieurs années, à des sociétés privées. Il s’agit d’en cerner le périmètre exact et de saisir leur éventuelle participation à des actions spéciales de l’Etat.

  • Un responsable d’une société française sera invité à s’exprimer sur ce point.

Session 8: Action spéciale et technologie: La cyberguerre est désormais une réalité. Elle procède d’attaques informatiques qui tirent leur efficacité des vulnérabilités technologiques des sociétés modernes; offrant une quasi impunité à leurs auteurs, elles représentent une forme nouvelle de l'action clandestine et de fait constituent un enjeu de sécurité nationale. Les drones, vecteurs sans pilote, équipés ou non d’armement, offrent des capacités nouvelles, notamment dans le domaine du renseignement et dans celui de l'action spéciale (clandestine ou non). Désormais très utilisés dans la lutte contre le terrorisme, ils soulèvent de multiples questions d’ordre éthique ou juridique.

Session 9: L’environnement juridique de l’action spéciale La judiciarisation des sociétés modernes comme le besoin de transparence font que l’action spéciale, notamment les opérations clandestines, s’inscrivent dans les règles de l’état de droit. C’est l’objet, même incomplet, des récentes lois sur le renseignement.

Lecture imposée :

  • Bertrand WARUSFEL, Le cadre juridique incertain de l’action spéciale, hestia.hypotheses.org, 9 mars 2016

Session 10: Small war de la guérilla à la guerre spéciale Le concept de petite guerre a été perçu par Clauzewitz. Les guerres coloniales puis les guérillas du XXe siècle ont fait évoluer cette forme de conflit. Dès la seconde guerre mondiale, les forces d’opérations spéciales en font leur spécialité. Le survol historique permettra d’aboutir à une évaluation de ce type de conflit au XXIe siècle.

Lectures recommandées :

  • Max BOOT, The Savage Wars of Peace: Small Wars and the Rise of American Power, New York, Basic Books, 2002, 427 p
  • Bertrand VALEYRE & Alexandre GUERIN, L'héritage français dans la pensée américaine de la contre-insurrection, CEDF, 2013, 70 p.

Session 11: Panorama des principales unités d’opérations spéciales Le séminaire a insisté sur les modèles américains et français. Il importe de donner un aperçu de la diversité des traditions (britanniques, russes, américaines, françaises, israéliennes, par exemple) qui ont essaimé dans le monde entier

Lectures recommandées :

  • Bernd HORN &Tony BALASEVICIUS, Lumières sur les forces de l'ombre.
  • Une perspective canadienne sur les Forces d'opérations spéciales, Dundurn, 2007, 344 p.
  • Jacques BAUD, Les forces spéciales de l'organisation du traité de varsovie 1917-2000, Editions L'Harmattan, 2002, 220 p. - Christopher CHANT, Forces Spéciales ; Un Panorama Complet Des Forces Spéciales Du Monde ; Histoire, Missions, Tactiques, Armement, Parragon 2013, 240 p.
  • Jean-Pierre HUSSON, Encyclopédie des forces spéciales du monde, Volume 1, Histoire & Collections, 2000, 304 p., vol. 2, 288 p.

Session 12

  • Séance de synthèse, Réflexion collective avec participation des étudiants.

Informations biographiques

Philippe ROUSSELOT
Conseiller maître à la Cour des comptes
Philippe ROUSSELOT (57 ans) : conseiller maître, président d’Hestia Expertise (FMSH). Après une première carrière militaire (officier dans l’armée de l’air), intègre la Cour des comptes en 1994, puis à partir de 1999 sert dans différentes directions de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), et aujourd’hui membre de la quatrième chambre de la Cour des comptes (ministères régaliens).
Docteur en Histoire, ancien auditeur de l’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la technologie.