Accueil > Le contrôle des élections en Afrique au Sud du Sahara

OCAF 2115 - Le contrôle des élections en Afrique au Sud du Sahara

Type d'enseignement : Séminaire

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Tous les étudiants s'intéressant aux mutations sociopolitiques dans les pays subsahariens sont les bienvenus. Les étudiants non-francophones sont également les bienvenus, à condition d'avoir au moins un niveau 3 en français. Ces derniers peuvent soumettre leurs travaux écrits en anglais.

Descriptif du cours

Après les conférences nationales du début des années 1990, les consultations électorales étaient censées conforter l'instauration ou la restauration du pluralisme politique et asseoir durablement la démocratie dans nombre de pays subsahariens. Malheureusement, à quelques heureuses exceptions près, les élections à la magistrature suprême sont contestées et se terminent généralement dans la rue. A la fois théorique et pratique, avec le recours à des acteurs extérieurs, l'enseignement abordera la thématique des élections d'hier, d'aujourd'hui et à venir en Afrique au Sud du Sahara. Il procèdera à une analyse critique des organes de contrôle et de gestion des scrutins. Il traitera de la fraude électorale, de la controverse sur la limitation du nombre de mandats électoraux, de l'organisation du débat télévisé dans l'entre-deux-tours, du phénomène récurrent de la contestation post-électorale communément appelée le “troisième tour“. Le cours traitera également la thématique des crises électorales proprement dites (compréhension, éléments déclencheurs, gestion des crises) et de thèmes périphériques comme l'âge des présidents africains, la vie après l'exercice du pouvoir, etc.

Enseignants

KPATINDE, Francis (Chroniqueur journaliste/Consultant international)

Format pédagogique

Mise en exergue de la participation et de l'interaction en cours, de l'originalité et de la pertinence de l'analyse. Un ou deux intervenants extérieurs, bien souvent des acteurs de premier plan dans des pays africains, seront conviés à venir s'exprimer devant les étudiants. Plusieurs indicateurs seront utilisés pour évaluer les étudiants : contributeur exceptionnel, bon contributeur, contributeur plutôt moyen, contribution insatisfaisante et présence passive en cours.

Mode de validation

Participation, interactivité et discussions tout au long des douze sessions. Rédaction d'un court mémo sur l'un des thèmes du cours, par exemple, sur un personnage politique. Une présentation orale (comme base pour le final paper) de 10 minutes maximum exposant les idées du final paper. Un final paper (10 pages) individuel choisi d'un commun accord.
PAPERS IN ENGLISH ACCEPTED.