Accueil > Les minorités en Europe : identité et politique

OEUR 2355 - Les minorités en Europe : identité et politique

Type d'enseignement : Enseignement électif

Semestre : Printemps 2017-2018

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

Aucun.

Descriptif du cours

La question des minorités (nationales) était considérée au début des années 1990 comme spécifique aux sociétés est-européennes. Or, les mobilisations nationalitaires (Ecosse, Catalogne, etc.), les revendications identitaires dans des contextes post-migratoires et la nouvelle visibilité d'un religieux politisé ou encore l'énonciation des inégalités dans le registre des discriminations (de race, ethnique, religieuse, de genre, etc.) et corrélativement, l'horizon d'une citoyenneté associée à des « droits culturels », invitent à replacer la problématique des « minorités » dans un contexte européen plus large. L'abondance des lectures sommaires et stéréotypées qui insistent sur la puissance mobilisatrice des appartenances et des identités figées rend notamment nécessaire une réflexion plus posée sur les acteurs et les logiques qui sous-tendent cette problématique. L'objectif de cet enseignement est de doter les étudiants des outils d'analyse nécessaires à une compréhension des constructions des appartenances et de leur politisation dans le monde contemporain par une mise en perspective pluridisciplinaire (histoire, science politique, sociologie, notamment) de la question minoritaire. Plusieurs séances seront consacrées à des études de cas (la Hongrie, les minorités hongroises et la problématique de la citoyenneté dite ethnique, populations russophones et intégration citoyenne dans les Etats Baltes, la qualification catégorielle des Roms, l'islam en France et en Allemagne, l'« effervescence identitaire » en Espagne, etc.). Ce, afin d'observer la multiplicité des logiques politiques et sociales qui contribuent à l'apparition du fait minoritaire et, partant, de problématiser celui-ci, loin de toute essentialisation ou réification des identités. Ces configurations particulières permettront également de décliner la thématique selon plusieurs entrées : en termes de construction identitaire, de mobilisation identitaire, de citoyenneté, de mémoire et identité, de régionalisme, etc. Des questions transversales seront également abordées afin de questionner les rapports entre nationalisme, citoyenneté et démocratie ou encore les modes de gestion de la diversité culturelle et le multiculturalisme. La conférence sera aussi l'occasion de développer la pratique du travail en commun et du débat critique, autour de lectures qui seront distribuées et du point d'actualité que l'on traitera à chaque séance. Celui-ci aura pour objet de mettre en perspective un événement en rapport avec la problématique des minorités ou de discuter des articles de presse en lien avec cette question.

Enseignants

CAPELLE-POGACEAN, Antonela A. (Chargée de recherche, Sciences Po, CERI)

Format pédagogique

Cours séminaire (24h)

Mode de validation

1. Essai et exposé – 50% 2. Revue de presse – 30% 3. Participation en classe – 20%

Charge de travail

A partir des sujets d'exposés proposés, chaque étudiant devra préparer un bref essai de 7 pages (30000 signes au plus) qu'il présentera également oralement en une vingtaine de minutes. L'objectif est de problématiser la question traitée, d'en présenter les aspects signifiants, de fournir des éléments analytiques et critiques nécessaires à sa compréhension. Pour les études de cas, cartes et tableaux (recensements, statistiques, etc.) fourniront un complément utile à la présentation écrite et orale. Les exposés seront suivis de discussions. Chaque étudiant devra par ailleurs présenter oralement une revue de presse, en binôme avec un collègue. Il s'agira de fournir une approche comparative, croisée et/ou transnationale de la manière de traiter un sujet d'actualité se rapportant à la question des minorités dans différentes sociétés, en mobilisant des connaissances linguistiques aussi diverses que possible. La revue de presse ne dépassera pas 10 minutes. Les textes signalés par un astérisque sont des lectures obligatoires. Ils seront mis à la disposition des étudiants dans l'espace Internet dédié au cours.

Lectures principales demandées

  • SIMON (Patrick), « Les statistiques, les sciences sociales françaises et les rapports sociaux ethniques et de « race » », Revue française de sociologie, 49 (1), 2008, p.153-162.
  • IORDACHI (Constantin), « Dual Citizenship in Post-Communist Central and Eastern Europe. Regional Integration and Inter-ethnic Tensions », in O.Ieda, U.Tomohico (eds.), Reconstruction and Interaction of Slavic Eurasia and its Neighboring World, Sapporo: Slavic Research Center, Hokkaido University, 2004, p.105-139.
  • ASSEO, Henriette, « Les ‘Gypsy Studies' et le droit européen des minorités », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 51 bis (5), 2004, p. 71-86.
  • PETITHOMME, Mathieu, « La Catalogne, du nationalisme à l'indépendantisme ? Les enjeux d'une radicalisation », Critique internationale, 2, 2017, p.135-155.
  • BOWEN, John R., et al., « An Institutional Approach to Framing Muslims in Europe », in John R. Bowen et al., European States and Their Muslim Citizens: The Impact of Institutions on Perceptions and Boundaries, Cambridge University Press, 2013, p. 1-27.