Accueil > Lire et analyser des contenus d’actualité économique et sociale

BMET 25F01 - Lire et analyser des contenus d'actualité économique et sociale

Type d'enseignement : Atelier

Semestre : Automne 2018-2019

Nombre d'heures : 24

Langue d'enseignement : français

Pré-requis

aucun

Descriptif du cours

OBJECTIFS DU COURS L'objectif de cet atelier est d'apprendre aux élèves à lire et analyser des contenus journalistiques de façon professionnelle, sur la thématique économique et sociale. Il a pour objet de questionner l'expression journalistique en analysant les faits et les données qu'elle apporte, la crédibilité des informations transmises, et la signification de leur publication à telle ou telle date et sur telle ou telle plate-forme de distribution. Les points étudiés sont donc : qualité, équilibre et pertinence des sources ton, rigueur et atmosphère de l'expression précision de l'information point de vue de la narration identification de l'actualité typologie des publications analyse des formats et des plates-formes de distribution Séance 1 : Introduction : la nouvelle place de l'actualité économique et sociale. Cette première séance permettra de mesurer la part croissante prise par l'actualité économique et sociale et ses spécificités / ressemblances par rapport aux autres types d'actualités (politique, sportive, internationale, faits divers etc.). La France suit-elle le mouvement ? Cette première approche ouvrira sur une discussion des critiques adressés à la couverture qui en est faite. Cas pratique : la lecture / visionnage d'un média récent permettra de repérer la part de l'économie dans l'actualité. Séance 2 : Une source de l'information économique et sociale : les médias. Radio, télévision, internet, presse écrite, agences : l'information économique et sociale est traitée de manière sensiblement différente selon les supports. Cette leçon permettra de mesurer l'influence de chacun selon divers critères. Cas pratique : à partir d'un événement récent, distinguer comment une même information donne lieu à un traitement différent, selon le support de publication. Séance 3 : Comment travaillent les journalistes spécialisé-e-s ? Cette leçon permettra d'appréhender les méthodes de travail et la formation des journalistes spécialisé-e-s et non spécialisé-e-s, avec une grande variété selon les médias. Cette « fabrique de l'info » donnera des clés de lecture aux consommateurs d'infos. Y a-t-il des traitements neutres ? Cas pratique : à travers la lecture d'articles français et américains ou le visionnage de reportages, on cherchera à déterminer le degré de spécialisation du commentateur. Chaque étudiant-e sera invité-e à écrire lui-même un bref article. Séance 4. Les sources journalistiques : à qui faire confiance ? Cette session est destinée à comprendre la manière dont les journalistes exploitent et évaluent leurs sources d'information. Comment vérifient-ils la fiabilité de leurs interlocuteurs ? Pourquoi multiplier leurs sources ? Cas pratique : le décompte du nombre de grévistes dans les manifestations. Séance 5 : Les relations des médias avec les milieux économiques. Ce cours permettra d'appréhender plus spécifiquement les modes de relations qu'entretiennent les médias avec les entreprises, les milieux d'affaires, les lobbyistes et autres agences de communication. Dépendance ou indépendance ? Cas pratique : mise en situation par petits groupes. Séance 6. L'actionnariat des groupes de presse. Cette séance est destinée à comprendre la structure des grands médias français, et leur évolution au cours de de la dernière décennie. La question des Sociétés de journalistes et des chartes d'indépendance. Cas pratique : examen de la façon dont les médias parlent de leurs propriétaires. Séance 7 : Y a-t-il une pensée économique dominante ? Ce cours ouvrira la discussion, très nourrie, sur l'existence – ou non – d'une lecture mainstream de l'actualité économique et sociale, de l'enseignement de l'économie dans le système éducatif aux médias. L'objectivité existe-t-elle ? Cas pratique : par petits groupes, lecture différenciée d'un événement économique d'actualité selon différentes écoles de pensée ? Séance 8 : Les droits et devoirs de la profession journalistique. Cette leçon dressera les grands principes juridiques qui gouvernent la profession de journaliste : le secret des sources ; le délit de presse ; le droit à l'image ; le droit d'auteur ; le droit de réponse. La législation récente sur le secret des affaires. Cas pratique : les attaques en diffamation de Vincent Bolloré contre les médias et les évolutions de la jurisprudence. Séance 9. Vraies infos et « fake news ». Les “fakes news” recouvrent une volonté délibérée de tromper le lecteur. Elles ne doivent pas être confondues avec les erreurs journalistiques, les satires ou les caricatures. Analyse d'un phénomène en expansion. Cas pratique : le cas Reuters et Euronext. Séance 10. La révolution numérique. La première source d'information des Américains n'est pas CNN ou le « New York Times ». C'est Facebook. Près de la moitié des Américains - et des Français - l'utilisent pour s'informer régulièrement ou occasionnellement. Objectif de la séance : identifier les conséquences pour le modèle économique de la presse Cas pratique : réflexion collective stimulante sur ce que peuvent être les modèles économiques des médias demain. Séance 11. Les réseaux sociaux, les « trolls » et la manipulation des images. Cette leçon vise à identifier les “trolls” au sein d'un réseau social : quels sont leurs signes distinctifs ? Quels outils pour les détecter ? La session permettra aussi d'aborder la question de la manipulation des images et des données (“data”). Cas pratique : analyse des comptes Twitter de grands leaders mondiaux (Donald Trump, Narendra Modi, le Pape François, etc). Séance 12. Conclusion. Cette séance conclusive consistera à reprendre dix principes pour bien analyser l'actualité économique et sociale pour un « honnête citoyen ».

Enseignants

  • ROBEQUAIN, Lucie (Journaliste)
  • SEUX, Dominique P. (Directeur délégué de la rédaction, Les Echos)

Mode de validation

Cet atelier est évalué via une note sur 20 et un commentaire individualisé pour chaque étudiant. Les critères sont les suivants : 75% de la notation est basée sur la participation orale et la contribution active au travail de groupe. 25% de la notation dépend d'un travail écrit, permettant de tester l'acquisition des connaissances.